Pékin mène des exercices militaires en mer de Chine du Sud

Mercredi 4 mai, un groupe de navires à quitté Hainan pour la mer de Chine du Sud, l'Océan indien et le Pacifique occidental. Copie d'écran du “South China Morning Post”, le 6 mai 2016.
Mercredi 4 mai, un groupe de navires à quitté Hainan pour la mer de Chine du Sud, l'Océan indien et le Pacifique occidental. Copie d'écran du “South China Morning Post”, le 6 mai 2016.
South China Morning Post – La marine chinoise a commencé un exercice de combat complet en mer de Chine du Sud. Mercredi 4 mai, un groupe de navires à quitté Sanya, capitale provinciale de l’île chinoise de Hainan. Chaque bateau transporte 3 hélicoptères et une douzaine de troupes des forces spéciales. Selon la télévision d’Etat CCTV, les navires se dirigent en direction des archipels des Paracels et des Spratleys, mais aussi vers le Pacifique occidental et l’Océan indien.

Les tensions en mer de Chine du Sud n’ont cessé de croître depuis que les Philippines ont demandé l’arbitrage de la Cour Internationale de Justice contre les revendications chinoises sur l’ensemble des îles de la zone. La Chine ne reconnaîtra pas la décision prise par le tribunal de La Haye. Elle estime que le conflit doit se régler par des négociations entre les pays concernés.

Par ailleurs, hier jeudi 5 mai, Pékin a fait savoir que « la porte du dialogue était toujours ouverte avec les Philippines », rapporte le quotidien officiel Global Times . Les Chinois démentent ainsi l’argument des Philippines qui estime que les dialogues bilatéraux ont atteint leurs limites. Selon un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Pékin, la Chine et les Philippines ont conclu une série d’accords bilatéraux et multilatéraux afin de régler le conflit par la négociation. Mais Manille n’a pas respecté ses promesses. Le ministère réaffirme que les actions de la Chine sont en accord avec la Convention des Nations-unies sur le droit de la mer (UNCLOS), et exclut tout arbitrage supranational obligatoire.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don