Indonésie : nouvelle vague d'exécutions en préparation

Les policiers refusent de divulguer le nombre de condamnés prévus pour cette vague d'exécutions. Copie d'écran du “Jakarta Globe”, le 3 mai 2016.
Les policiers refusent de divulguer le nombre de condamnés prévus pour cette vague d'exécutions. Copie d'écran du “Jakarta Globe”, le 3 mai 2016.
Jakarta Globe – A Java, la police se prépare pour une nouvelle vague d’exécutions de prisonniers condamnés à la peine capitale. Plusieurs pelotons d’exécution ont été mis en place dans la prison de Nusakambangan, théâtre tristement célèbre de 14 exécutions l’an dernier – notamment les Australiens Andrew Chan et Myuran Sukumaran, à la tête du réseau de traffic de drogue, Bali Nine.

Pour l’instant, les policiers refusent de divulguer le nombre de condamnés prévus pour cette vague d’exécutions. La dernière qui comportait des étrangers a suscité une vague d’indignation de la part de la communauté internationale. Les diplomates des pays concernés ont fait pression, notamment en renvoyant les ambassadeurs indonésiens à Jakarta.

Parmis les étrangers dans le couloir de la mort en Indonésie, figurent la « grand-mère » britannique Lindsay Sandiford (60 ans) et la Philippine Mary Jane Veloso qui l’an dernier avait échappé de justesse au peloton d’exécution à la suite d’un témoignage in extremis. On sait néanmoins depuis le 30 avril qu’elle ne fait pas partie de de la liste des futurs exécutés et que son « affaire est en cours de traitement » d’après le procureur général Prasetyo.