Pakistan : le gouvernement demande à Facebook de plus en plus de données utilisateurs

Une ONG pakistanaise qui milite pour la protection des données sur internet affirme que les demandes du gouvernement se font sans aucune surveillance. Copie d'écran de “Dawn”, le 2 mai 2016.
Une ONG pakistanaise qui milite pour la protection des données sur internet affirme que les demandes du gouvernement se font sans aucune surveillance. Copie d'écran de “Dawn”, le 2 mai 2016.
Dawn – La Digital Rights Foundation estime que les chiffres sont alarmants. Cette ONG pakistanaise qui milite pour la liberté d’expression et la protection des données sur internet, affirme que les demandes du gouvernement se font sans aucune surveillance.

Entre juillet et décembre 2015, le gouvernement pakistanais a envoyé 471 demandes de données à Facebook. Toutefois, la direction du réseau social a assuré vérifier la légalité de chaque demande et ne répondre qu’aux demandes valides, en rapport avec des affaires criminelles.

Non seulement le chiffre a doublé, par rapport au début de l’année 2015, mais en plus « le nombre de cas où Facebook a effectivement transmis les informations a également augmenté » affirme la fondatrice Nighat Daad. Selon elle, la situation devrait même empirer : le 14 avril dernier, une loi controversée sur la cybercriminalité a été votée interdisant à Facebook de refuser les demandes d’information.