Indonésie : "pas de rançon payée" pour la libération des otages d'Abou Sayyaf

Pas de rançon, mais des négociations de qualité pour la libération des 10 otages indonésiens par Abou Sayyaf. Copie d'écran du “Jakarta Post”, le 2 mai 2016.
Pas de rançon, mais des négociations de qualité pour la libération des 10 otages indonésiens par Abou Sayyaf. Copie d'écran du “Jakarta Post”, le 2 mai 2016.
The Jakarta Post – Kivlan Zein, négociateur indonésien, est formel. La libération de 10 otages par Abou Sayyaf n’a pas nécessité de payer la rançon d’un million de dollars réclamée par le groupe islamiste. La victoire est due à la qualité des pourparlers qui ont impliqué Abdusakur Tan II, gouverneur de la province philippine de Sulu (région autonome de Mindanao)… dont l’un des preneurs d’otages a été le chauffeur et le garde du corps entre 1996 et 2001. La coopération des services de renseignements indonésiens et philippins a également été déterminante, de même que l’appui des autorités locales, souligne le Jakarta Post. Néanmoins, quatre otages indonésiens restent encore aux mains d’Abou Sayyaf.