Birmanie : on ne dit pas le mot "Rohingya"

Pour les nationalistes, le terme de "Rohingya" est offensant. Copie d'écran du “Myanmar Times”, le 29 avril 2016.
Pour les nationalistes, le terme de "Rohingya" est offensant. Copie d'écran du “Myanmar Times”, le 29 avril 2016.
Myanmar Times – Pour les nationalistes birmans, le mot « Rohingya » est un terme offensant. Le terme désigne la minorité musulmane très présente dans l’Arakan à l’ouest du pays et déclarée apatride depuis le 31 mars 2015. Il y a dix jours, l’ambassade des Etats-Unis a exprimé ses condoléances à l’égard des 20 Rohingyas qui ont perdu la vie dans un accident de bateau, le 19 avril. Ce jeudi 28 avril, une foule de nationalistes ont manifesté à Rangoun, pour que Washington révise sa déclaration.

D’après les moines bouddhistes extrémistes et les nationalistes, toute personne utilisant le terme « Rohingya » est un « ennemi de l’Etat birman ». Pour Ko Naung Taw Law, membre du réseau nationaliste, « si les Etats-Unis acceptent et soutiennent la migration illégale, c’est un gouvernement illégal. Ils n’ont qu’à les accueillir chez eux. » Pour ne pas commettre d’offense, l’ambassade américaine aurait dû utiliser le mot « Bengali » pour désigner cette communauté.