Papouasie : fermeture d’un camp australien de migrants

L'Australie n'a pas de place pour les demandeurs d'asile. Les camps de migrants australiens sont placés hors frontière. Copie d'écran du “Syndey Morning Herald”, le 28 avril 2016.
L'Australie n'a pas de place pour les demandeurs d'asile. Les camps de migrants australiens sont placés hors frontière. Copie d'écran du “Syndey Morning Herald”, le 28 avril 2016.
The Sydney Morning Herald« Illégal et inconstitutionnel », c’est la façon dont la Cour Suprême de Papouasie Nouvelle-Guinée a jugé le centre de détention situé sur l’île de Manus.

Aujourd’hui, plus de 850 personnes y séjournent dans le centre tenu par le gouvernement australien. Il fermera ses portes pour avoir violé les droits des demandeurs d’asile, a annoncé le Premier ministre de Papouasie Nouvelle-Guinée, Peter O’Neill. Une décision qui plonge dans l’embarras le gouvernement australien et sa politique d’accueil des réfugiés.

Il est de coutume pour l’Australie de rediriger les demandeurs d’asile vers des centres qu’elle détient au Cambodge, à Nauru et sur l’île Manus. Des témoignages affirment que les conditions de détention sont inhumaines. Le 27 avril dernier, un demandeur d’asile iranien détenu à Nauru s’était immolé pendant la visite d’un officiel des Nations unies sur le camp.

L’Australie souhaite entamer un dialogue avec la Papouasie afin de trouver une solution à cette affaire. Dialogue qui s’annonce difficile ainsi que le rapporte le « Bangkok Post ». . Le Premier ministre Australien Malcom Turnbull est en effet fortement opposé à l’installation de camps en Australie. « Ils ne viendront pas en Australie, il en est hors de question. Le gouvernement Papou le sait bien et l’a compris. »