Pakistan : le parti au pouvoir recadre le Premier ministre

Nawaz Sharif ne doit pas se faire embourber dans le scandale des Panama Papers. Copie d'écran du “Down”, le 27 avril 2016.
Nawaz Sharif ne doit pas se faire embourber dans le scandale des Panama Papers. Copie d'écran du “Down”, le 27 avril 2016.
Dawn – Branle-bas de combat au sommet de l’Etat pakistanais. Il est urgent d’éviter de se laisser embourber dans le scandale des Panama Papers. C’est ce qu’a intimé à Nawaz Sharif la direction de son parti, la Pakistan Muslim League (Nawaz – PML-N). Le Premier ministre pakistanais, dont une grande partie de la famille est citée dans le scandale global sur les sociétés-écrans au Panama, doit faire face aux offensives de l’opposition pour le faire démissionner. Notamment le « mouvement anti-corruption » lancé récemment par son grand rival Imran Khan, leader du Pakistan Movement for Justice, connu sous le sigle PTI. L’autre parti d’opposition, le Pakistan Peoples Party (PPP), a mis en place une commission d’enquête qui s’est jurée de « mettre à jour la corruption » de Sharif et de sa famille. En réponse, le parti de Sharif lui conseille donc de se concentrer sur les affaires du gouvernement et de ne pas entrer dans les « polémiques ». Nawaz Sharif a convoqué ce mercredi 27 avril une réunion du gouvernement pour discuter du budget fédéral. Et il ne parlera que de cela.