Mer de Chine : des experts remettent en question les revendications des Philippines

Pourquoi la Chine refuse-t-elle l'arbitrage du Tribunal de La Haye ? Copie d'écran du “Quotidien du peuple”, le 18 avril 2016.
Pourquoi la Chine refuse-t-elle l'arbitrage du Tribunal de La Haye ? Copie d'écran du “Quotidien du peuple”, le 18 avril 2016.
Le Quotidien du Peuple – Le 3 avril dernier, les Philippines ont saisi la Cour Internationale de Justice de La Haye pour arbitrer le conflit en Mer de Chine du Sud selon la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (UNCLOS).

Selon la Chine, le rejet de l’arbitrage est légitime : le Tribunal des Nations unies n’aurait pas le droit de statuer sur les revendications territoriales de Manille en Mer de Chine du Sud. Lorsque la Chine a ratifié la Convention en 2006, elle aurait bénéficié du droit de déroger à certaines clauses, notamment l’arbitrage obligatoire du Tribunal pour la délimitation des frontières maritimes et historiques.

Selon la presse officielle chinoise, des experts chinois et étrangers ont réfuté la position des Philippines lors d’un séminaire ayant eu lieu dans la ville de Wuhan, en Chine. Les experts ont évoqué la légitimité historique de la souveraineté chinoise sur les îles revendiquées, les motivations politiques des Philippines à provoquer la Chine au « moyen du droit », et l’incapacité de la Cour à résoudre un conflit de nature principalement politique. Il en ressort également qu’un conflit entre les Philippines et la Chine devrait se résoudre par des négociations bilatérales et que la Déclaration sur le Code de Conduite en Mer de Chine du Sud signée par la Chine et les pays de l’ASEAN pourrait servir de base légale pour le règlement du conflit.