Pakistan : enquête ouverte suite aux révélations des "Panama Papers"

Une commission judiciaire spéciale sur les "Panama papers" a été établie pour enquêter sur l'ensemble des citoyens pakistanais cités dans l'affaire. Copie d'écran de “The Express Tribune”, le 15 avril 2016.
Une commission judiciaire spéciale sur les "Panama papers" a été établie pour enquêter sur l'ensemble des citoyens pakistanais cités dans l'affaire. Copie d'écran de “The Express Tribune”, le 15 avril 2016.
The Express Tribune – Tous les ressortissants pakistanais mentionnés dans les « Panama Papers » feront l’objet d’une enquête. C’est ce qu’a décidé le gouvernement d’Islamabad qui met en place une commission judiciaire spéciale en charge de l’affaire. Le parti au pouvoir a bouclé jeudi son plan d’action pour faire face aux pressions croissantes sur le gouvernement.

Un plan qui se décline en trois domaines d’intervention : légal, administratif et politique. Près de 220 Pakistanais seraient impliqués dans le scandale financier international, y compris des proches du Premier ministre Nawaz Sharif. Contre l’avis de l’opposition qui souhaitait voir un juge en exercice à la tête de la commission judiciaire, le gouvernement a choisi de nommer un juge à la retraite pour la diriger. Cette commission spéciale aura le pouvoir d’appeler à comparaitre n’importe quel individu ou institution et de soliciter les services des agences de son choix pour l’aider dans son enquête. Concernant le volet politique, le ministre de l’Intérieur et le ministre en chef du Pendjab ont désormais pour tâche de s’occuper des partis mécontents. Enfin, le bureau du Premier ministre a indiqué dans un communiqué, publié après la réunion du jeudi 14 avril, que la direction du parti de la Ligue musulmane pakistanaise (le parti de Nawaz Sharif, Ndlr) ne serait pas destabilisée par « les conspirations et l’avalanche d’allégations ridicules à l’encontre du Premier ministre ».