Corée du Sud : la nation aux urnes

Mercredi 13 avril, les Coréens sont appelés aux urnes pour les élections législatives. Des élections dont les résultats seront analysés avec attention au prisme de la fin de mandat de la présidente Park Geun-Hye. Copie d'écran du "Korea Times", le 13 avril 2016.
Mercredi 13 avril, les Coréens sont appelés aux urnes pour les élections législatives. Des élections dont les résultats seront analysés avec attention au prisme de la fin de mandat de la présidente Park Geun-Hye. Copie d'écran du "Korea Times", le 13 avril 2016.
Korea Times – Les électeurs coréens sont ce mercredi 13 avril appelés dans l’un des 13 837 bureaux de vote du pays pour renouveler 253 des 300 sigèes de l’Assemblée nationale, unique chambre du Parlement.
La présidente Park Geun-Hye – et, par extension, son Parti Saenuri – espère renouveler sa majorité et surtout obtenir « un élan » afin d’imposer les dernières réformes économiques avant la fin de son mandat dans moins de deux ans. Dans le cas contraire, le couperet de la prochaine élection présidentielle arriverait plus rapidement que prévu analyse le quotidien coréen.
Pour l’opposition aussi, les résultats du vote sont d’importance. En effet, les deux partis – le Parti Minjoo (MPK) et le Parti du Peuple – ont tenté de faire de ces élections un référendum contre la politique économique de Park et une trop lourde défaite accentuerait alors encore leur division en vue de l’élection présidentielle de 2017. Une division qui pourrait amener à la fin du « système bipartisme traditionnel » avec l’éclosion du Parti du Peuple comme « voix prépondérante ».

Selon un sondage à la sortie des urnes réalisé à la mi-journée par KBS TV et cité le journal coréen, le parti Saenuri ne reccueillerait pas la majorité absolue en reccueillant entre 121 et 143 sièges ; contre le Minjoo entre 101 et 123 et enfin le Parti du Peuple entre 34 et 41.