Inde : l'industriel Mallya, "fraudeur délibéré", cité dans les "Panama Papers"

En Inde, les "Panama Papers" révèlent les fraudes commises par le célèbre homme d'affaires, Vijay Mallya. Copie d'écran du Times Of India, le 8 avril 2016.
En Inde, les "Panama Papers" révèlent les fraudes commises par le célèbre homme d'affaires, Vijay Mallya. Ce dernier a par ailleurs emprunté plusieurs fois des fonds publics pour faire face à des problèmes de financement, mais n'avait pas remboursé la totalité du montant. Copie d'écran du Times Of India, le 8 avril 2016.
Times of India – L’industriel indien Vijay Mallya a « délibérément enfreint la loi » pour les banques indiennes. L’homme d’affaires qui figure dans les « Panama Papers » est directement lié à une société installée dans les Îles Vierges britanniques et opérationnelle depuis 2006. Les avoirs de Mallya dans des paradis fiscaux avaient déjà attiré l’attention du journal après la comparution de ce dernier devant la Court suprême du Karnataka à Bangalore en 2014. Il avait été fait allusion à un possible détournement de 40 milliards de roupies (527 millions d’euros) vers une filiale aux Îles Vierges britanniques. Pour l’homme d’affaires non domicilié en Inde, les « Panama Papers » ne font que s’ajouter à la liste de ses infractions fiscales et financières. Il doit en effet encore rembourser un emprunt de 90 milliards de roupies contracté auprès de banques publiques indiennes et qui avait gonflé la dette publique du pays. La société écran de Mallya est directement connectée à une entreprise, Porticullus Trust Net, gérant des comptes offshore depuis les Îles Cook et qui fournissait un prête-nom à l’industriel ainsi qu’à d’autres sociétés exploitées par des ressortissants indiens. À New Delhi, la Commission des titres et des changes enquête sur d’autres sociétés offshore que pourrait diriger Mallya.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don
Tags de l'article