Corée du Nord : une société écran servant à financer le programme nucléaire de Pyongyang citée dans les "Panama Papers"

Une société écran servant à financer le programme nucléaire de Pyongyang citée dans les "Panama Papers". Copie d'écran de "Channel News Asia", le 5 avril 2016.
Corée du Nord : une société écran servant à financer le programme nucléaire de Pyongyang citée dans les "Panama Papers". Copie d'écran de "Channel News Asia", le 5 avril 2016.
Channel News Asia – De financer l’achat d’un yacht à financer un programme nucléaire, dans l’affaire des Panama Papers, il n’y a qu’un pas… Il a été franchi par une société écran nord-coréeenne, DCB Finance Ltd. qui figure parmi les clients du cabinet de conseil Mossack Fonseca donné comme le véhicule financier du scandale international. La société basée à Pyongyang est enregistrée aux Îles Vierges britanniques depuis 2006. La même année, la Corée du Nord conduit ses premiers essais nucléaires et s’attire les premières sanctions internationales. Ce n’est qu’en 2010, à la réception d’une lettre de l’Agence d’Investigation Financière, que le cabinet fait le lien avec la Corée du Nord et rompt avec la société. En 2013, les Etats-Unis imposent des sanctions à la banque et à DCB Finance pour avoir fourni des services financiers à deux groupes nord-coréens ayant joué un « rôle central » dans le développement du programme nucléaire et de missiles ballistiques. Un manque de diligence de Mossack Fonseca ? C’est du moins ce que laisse penser un mail fuité datant de 2013 « Nous aurions du identifier dès le départ que c’était une société à hauts risques », disait-il. L’arroseur arrosé ?

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don