Revue de presse Asie - 26 février 2016

Révélations sur les attentats de Bangkok, données financières chinoises et sous-marin indien

Chao Phraya Princess, navire de croisière prisé des touristes chinois
Les auteurs des attentats de Bangkok (août 2015) souhaitaient cibler le quai d'embarcation du Chao Phraya Princess, navire de croisière prisé des touristes chinois. Copie d'écran du Bangkok Post, le 26 février 2016.

Asie du Nord-Est

La Chine se défend de dissimuler des données financières, mais admet le « problème d’image » pour sa monnaie

South China Morning Post – Pas de panique d’après les autorités chinoises ! Certes, elles ne publient plus les chiffres des flux de capitaux du pays. Mais Pékin n’en fait pas mystère : c’est parce qu’ils seraient « trompeurs » et ne « refléteraient pas la réalité » de la situation… Un discours qui ne satisfait pas les analystes internationaux, conscients que la Chine subit une importante fuite de capitaux dans un contexte de ralentissement de sa croissance économique et d’un affaiblissement de sa monnaie. D’ailleurs, le chef de la Banque centrale chinoise a admis que le yuan souffrait d’un « problème d’image », titre le Financial Times. Il aurait déclaré que les fondamentaux économiques chinois doivent rester « sains » afin de « rationaliser » les anticipations du marché sur le cours du yuan.

Japon : redémarrage de la centrale de Takahama

Nihon Keizai Shimbun – Le Japon poursuit la réhabilitation de son industrie nucléaire. Cet après-midi, l’opérateur Kansai Denryoku (Kepco) a redémarré le 4e réacteur de la centrale de Takahama dans le département de Fukui, situé dans le centre du pays, à 180 km au nord de Kyoto. A 17h heure japonaise, Kepco retirait les barres de contrôles qui empêchent la réaction en chaîne du combustible. C’est la première fois que ce réacteur reprend son activité après 4 ans et 7 mois. Le redémarrage est progressif : il devrait être complètement effectif fin mars. Le troisième réacteur de la même centrale de Takahama, qui utilise le combustible en uranium appauvri MOX, est déjà redémarré depuis janvier.

L’armée sud-coréenne larguera de nouveau des prospectus de propagande au Nord

The Korea Times – Ce n’est pas arrivé depuis 2004. L’armée sud-coréenne envisage de reprendre le largage de propagande par ballons au-dessus de la Corée du Nord. En cause : l’envoi de plus d’un million de tracts par Pyongyang à son voisin du Sud, critiquant la présidente Park Geun-hye et son parti Saenuri. Les provocations du Nord en ce début 2016 (test nucléaire et lancement de fusée) incitent Séoul à renouer avec les méthodes traditionnelles de propagande. Ses haut-parleurs frontaliers diffusent depuis janvier des bulletins d’informations critiques à destination du Nord, entrecoupés par des salves de musique K-Pop.

Taïwan : coup d’arrêt dans le rachat de Sharp par Honhai (Foxconn) ?

Taipei Times – Coup de théâtre. La firme taïwanaise Honhai, connue sous le nom de Foxconn, a repoussé sa décision de racheter Sharp, afin d’examiner un document qui envoyé par le géant japonais de l’éctronique. Selon une source proche du dossier citée par Bloomberg, Sharp y évoquerait une nécessaire restructuration du personnel et une refonte de l’organisation, à hauteur de plus 2,5 milliards de dollars. Qui devra prendre ce coût en charge ? Ce n’est pas encore clair. Toujours est-il qu’une caution de 800 millions de dollars est prévue en cas d’annulation de la transaction. Le marché avait été conclu pour un montant de 4,3 milliards de dollars hier jeudi 25 février, en concurrence avec un plan de restructuration proposé par le fonds d’investissement Innovation Network Corp of Japan. Honhai devait racheter la moitié des actions détenues par les groupes Mitsubishi et Mizuho. Les actions Sharp avaient alors baissé de 14% après l’annonce du rachat.

Asie du Sud-Est

Attentats de Bangkok : le sanctuaire d’Erawan n’était pas le premier choix des assaillants

Bangkok Post – Leurs cibles étaient chinoises. Les auteurs des attentats de Bangkok, qui ont fait exploser une bombe au sanctuaire d’Erawan le 17 août 2015, comptaient initialement attaquer le quai du navire de croisière « Royal Chaophraya Princess », a révélé le chef de la brigade thaïlandaise de déminage à Reuters. Un engin explosif y aurait été déposé le même jour, vers 16h30, alors qu’une centaine de touristes chinois attendaient d’embarquer. La bombe ne s’étant pas déclenchée, un homme l’a retirée quelques heures plus tard avant de la jeter sans faire de blessés au port de Sathorn le lendemain – comme l’attestent les images des caméras de surveillance. Cette révélation pourrait porter un coup violent au tourisme chinois dans le pays (25% du tourisme total en 2015), craint le Bangkok Post. A Pékin, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères s’est inquiétée de la multiplication des attaques visant ses compatriotes à l’étranger.

ASEAN : les Nations unies alertent contre le « côté obscur » de l’intégration

The Straits Times – C’est le revers de la Communauté économique de l’ASEAN, lancée le 31 décembre 2015. Pour l’Office des Nations unies contre la Drogue et le Crime (UNODC), la simplification des contrôles douaniers en Asie du Sud-Est pourrait alimenter les activités criminelles régionales – trafic de drogue, piraterie maritime, traite des êtres humains. En cause : des leaders régionaux focalisés sur les avantages économiques de l’intégration, négligeant les risques sécuritaires. Nouvelle preuve que la Communauté de l’ASEAN, divisée en trois piliers, ne peut réussir si l’accent est mis uniquement sur la dimension économique (voir notre article sur le sujet).

Indonésie : une utilisatrice de Facebook suspendue pour avoir posté des clichés historiques… avec des femmes seins nus

The Jakarta – Le deux poids deux mesures de Facebook ne concerne pas que L’Origine du monde… Dernière preuve en date en Indonésie où le compte d’une utilisatrice a été suspendu à cause de son album photo intitulé : « Culture des vraies femmes indonésiennes ». Révoltée par le floutage des jambes et décolletés de candidates à un concours de beauté portant la traditionnelle kebaya sur une chaîne de télévision, Dea Basuri avait regroupé plusieurs clichés historiques montrant des femmes de tribus indonésiennes, dont certaines apparaissaient seins nus. Ce qui lui a valu d’être signalée par plusieurs internautes pour « nudité » et « contenu offensant ». En réaction, Dea a lancé une pétition massivement relayée sur Twitter intitulée : « Cher Mark Zuckerberg : défendez l’égalité hommes-femmes et la préservation de l’histoire ».

L’armée philippine tue 42 sympathisants prétendus de Daech

Channel News Asia – Cinq jours de combat auront été nécessaires à l’armée philippine pour démanteler un camp de militants prétendus de Daech et en abattre les 42 occupants, au sud de l’archipel. Bien qu’elles aient signé un accord de paix avec le Front Moro islamique de Libération en mai 2014, les autorités de Manille combattent toujours d’autres mouvements terroristes soupçonnés d’avoir porté allégeance au groupe Etat Islamique, rappelle Channel News Asia.

Asie du Sud

L’Inde, puissance nucléaire maritime ?

Bloomberg – L’annonce de la prochaine mise à flot d’un sous-marin nucléaire indien laisse présager un nouvel équilibre des puissances dans la région. Selon un officier de marine resté anonyme, le sous-marin Arihant, construit pendant plus de 30 ans dans le secret d’un projet gouvernemental soutenu par l’ex-URSS, sera bientôt de sortie dans la baie du Bengale. Le Premier ministre Narendra Modi garderait le contrôle de l’armement nucléaire, au titre de président de l’Autorité de la Force Nucléaire indienne. L’Inde revendiquerait alors un équipement nucléaire complet, constitué d’armes terrestres, maritime et aériennes.

Le 23 novembre, New Delhi avait annoncé un test de missiles balistiques selon The Express Tribune, ce qui laisse penser que l’armée sera équipée de munitions conséquentes. Malgré les tensions grandissantes en mer de Chine méridionale et dans la baie du Bengale, la Chine et l’Inde se sont engagés à ne pas utiliser l’arme de leur propre initiative.

L’Inde, fournisseur des armes à Daech ?

The Indian Express – L’Inde est le 2e fournisseur d’équipement de l’Etat Islamique, d’après un rapport commandé par l’Union Européenne à l’ONG Conflict Armament Research. Sur une liste de 51 entreprises originaires de 20 pays différents, l’Inde en compterait sept, après la Turquie. Quatre de ces entreprises contestent cette information, tandis que deux autres confirment qu’elles n’ont pas de prise sur la destination des produits exportés par le biais d’intermédiaires. Cependant, les produits intermédiaires servant à créer les explosifs seraient exportés en Turquie et au Liban avec l’autorisation de l’Etat indien. Conflict Armament Research aurait pris connaissance de ces informations grâce aux autorités kurdes et irakiennes.

Maldives : accusations de terrorisme contre l’ancien vice-président

Maldives Independent – Le ministre de l’Intérieur Umar Nasser a présenté les charges qui pèsent sur l’ancien vice-président Ahmed Adeeb, accusé de terrorisme. Depuis l’attentat de septembre dernier contre le Président Abudulla Yameen, Ahmed Adeeb est détenu comme principal suspect, plongeant le pays dans l’instabilité politique. D’après le ministre de l’Intérieur, l’enquête a révélé que d’autres attentats avaient été préparés pour le prochain May Day, manifestation qui a lieu le 1 Mai. L’ancien vice-président serait le commanditaire récurrent de ces différents complots.
Par Alexandre Gandil et Ryôma Takeuchi, avec Hubert Kilian à Taipei, Clea Chakraverty et Anda Djoehana Wiradikarta à Paris