Revue de presse Asie - 12 février 2016

Entorse chinoise à Hong Kong, emojis "gay" en Indonésie et raid antiterroriste au Pakistan

Manifestation en Inde
La Cour suprême indienne a appelé hier l'ensemble des Etats fédérés du pays à uniformiser leurs politiques de compensation des victimes de viol. Copie d'écran du Straits Times, le 12 février 2016.

Asie du Nord-Est

Libraires hongkongais : les Britanniques estiment que la Chine a commis une « sérieuse entorse »

South China Morning Post – Les Britanniques se soucient de leur ancienne colonie. Dans son rapport semestriel sur Hong Kong, le gouvernement de Londres tance Pékin sur la disparition du libraire Lee Po, intervenue le 30 décembre 2015. Le Royaume-Uni déclare que Lee Po a été « involontairement envoyé vers le continent [chinois], sans que le processus ne se fasse en vertu du droit hongkongais ». Ce qui « constitue une sérieuse entorse à la déclaration conjointe sino-britannique sur Hong Kong d’il y a 30 ans » et « ébranle le principe Un Pays Deux Systèmes qui assure aux Hongkongais leur protection par le système législatif local ». Le rapport conclut sur la nécessité pour Hong Kong et Pékin de renforcer leur confiance mutuelle afin d’assurer l’autonomie de la région administrative spéciale.

Chine – Taïwan : les Etats-Unis appellent au dialogue

South China Morning Post – Les Etats-Unis continuent d’assumer leur rôle de médiateur dans le détroit de Taïwan. La victoire de Tsai Ing-wen et de son parti aux élections présidentielles et législatives (janvier 2016) fait planer l’ombre de nouvelles tensions entre Taïwan et la Chine. Car le Parti démocrate progressiste est considéré comme traditionnellement hostile à Pékin et partisan d’une indépendance taïwanaise à long terme. C’est pourquoi l’administration américaine a réitéré aujourd’hui son appel au dialogue entre les deux rives. Washington est confiant dans la volonté de Tsai Ing-wen de maintenir le statu quo, mais Pékin lui reproche de ne pas accepter le « Consensus de 1992 » comme base de négociations inter-détroit – c’est-à-dire accepter que le continent et Taïwan appartiennent à « une seule Chine », libre ensuite à chaque partie de faire sa propre interprétation de cette expression.

Corée du Sud : les forces américaines déploieront bien leur THAAD

The Korea Times – Tout s’accélère en Corée du Sud. Suite au lancement d’une fusée par Pyongyang dimanche dernier, les autorités de Séoul ont annoncé aujourd’hui que les forces américaines de l’USFK seraient autorisées à déployer le système de missiles antibalistiques THAAD sur son sol. Une première rencontre de travail aura lieu la semaine prochaine afin de déterminer les sites d’implantation, le partage des coûts opérationnels et le planning du déploiement. « Les relations avec les pays voisins – dont la Chine – ne seront pas prises en compte dans les discussions », indique le Korea Times.

Japon : l’un des artisans de la loi sur le congé paternité démissionne pour adultère

The Japan Times – C’est un scandale dont la presse japonaise se délecte aujourd’hui. Le député du parti libéral-démocrate (LPD) au pouvoir Kensuke Miyazaki a démissionné aujourd’hui, s’excusant pour le « tollé » qu’il a causé. Le tabloïd nippon Shukan Bunshun a révélé ce mercredi qu’il avait entretenu une liaision avec une top model quelques jours avant que sa femme, également députée LPD, n’accouche de leur enfant. Cocasse, pour l’un des artisans de la loi sur le congé paternité !

Asie du Sud-Est

Birmanie : les minorités ethniques interdites de célébrations à Rangoun

The Irrawaddy – Coup de frein à l’unité nationale birmane. Selon The Irrawaddy, les autorités locales de Rangoun, capitale économique du pays, auraient interdit aux organisations des minorités ethniques Karen et Chin de célébrer leur journée nationale respective (11 et 20 février). Leurs associations culturelles ont été considérées comme « illégales ». Une décision incompréhensible pour les représentants des deux ethnies, qui ont pu organiser leur fête sans souci l’année passée.

L’Indonésie bannit les emojis « gay » des applications de messagerie

The Straits Times – L’étau se resserre autour des droits LGBT en Indonésie – et ce dans les moindres détails de la vie quotidienne. Dernière incarnation : l’interdiction des emojis « gay » des applications de messagerie instantanées – celles où deux hommes ou deux femmes se tiennent la main, où ils forment une famille avec un enfant, où ils tiennent un drapeau arc-en-ciel, etc. Le porte-parole du ministère indonésien de la Communication et de l’Information s’en est justifié auprès de l’AFP : « De tels contenus sont interdits en Indonésie sur la base de nos lois culturelles et de nos normes religieuses. Les opérateurs doivent le respecter. » Avant d’ajouter que « ces stickers et emojis colorés pouvaient attirer les enfants ».

Indonésie : la chambre basse tacle le gouvernement sur le séparatisme papou

The Jakarta Post – Une politique antiséparatiste qui « manque d’unité ». Voilà les remontrances exprimées par la chambre basse du Parlement indonésien envers le gouvernement de Jakarta. En cause : sa mauvaise gestion du séparatisme papou, à l’extrême est de l’archipel. Les députés estiment que les efforts fournis pour l’inderdiction des campagnes de relations publiques sont insuffisants, ce qui permet aux indépendantistes papous de gagner des soutiens au-delà des frontières. Illustration de leur gain de crédibilité : le lancement à l’étranger d’une campagne des droits de l’homme autour de Benny Wenda, fondateur du Mouvement unifié pour la Libération de la Papouasie Occidentale. Mais pour le ministre indonésien des Affaires étrangères, la situation n’est pas préoccupante : les groupes séparatistes sont encore trop éparpillés pour gagner du terrain.

La Thaïlande devient un partenaire de moins en moins fréquentable

Bangkok Post – C’est le plus grand exercice militaire de la planète. « Cobra Gold », a commencé cette semaine en Thaïlande avec la participation des armées de 27 pays, sous la direction des Américains et des Thaïlandais. Dans sa chronique du Bangkok Post, Thitinan Pongsudhirak analyse la position délicate de la Thaïlande, qui souhaite continuer à bénéficier du prestige international apporté par « Cobra Gold », mais qui est touchée par les critiques américaines quant à la répression des libertés fondamentales par la junte au pouvoir. Une situation qui se retrouve sur le plan économique avec l’incapacité de la Thaïlande à participer à l’accord de commerce multilatéral Transpacific Partnership (TPP).

Asie du Sud

Pakistan : 97 arrestations suite à des raids antiterroristes

The Express Tribune – Vaste coup de filet du gouvernement pakistanais dans les milieux terroristes. L’annonce a été faite aujourd’hui, lors d’une conférence de presse organisée par l’armée. Plusieurs raids volontairement non datés, dont certains à Karachi, ont conduit à la saisie de 9 000 armes et à l’arrestation de 97 militants d’Al Qaida et du Lashkar-e-Jhangvi (dont 3 commandants). Ils sont accusés d’avoir commis des attentats entre 2009 et 2015. Les militaires ont également retrouvé un plan de la prison d’Hyderabad, de laquelle certains terroristes voulaient faire évader leurs comparses.

Inde : la Cour suprême demande l’uniformisation des politiques de compensation pour victimes de viol

India Today« Aucune somme d’argent ne peut effacer le traumatisme et le chagrin dont souffrent les victimes. Mais cette aide peut être cruciale pour se relever du drame. » Par ces mots, la Cour suprême indienne a incité hier l’ensemble des Etats indiens à uniformiser leurs politiques de compensation pour les victimes de viol. La plus haute juridiction indienne a cité Goa à titre d’exemple, qui indemnise les victimes à hauteur d’1 million de roupies – soit près de 13 000 euros. Un nivellement par le haut, lorsqu’on sait que l’Etat du Maharashtra, par exemple, ne leur fournit aucune compensation financière.

Népal : controverse autour du décès de l’ex Premier ministre Koirala

The New Indian Express – Son décès avait fait la Une des presses du sous-continent indien en début de semaine. Aujourd’hui, la presse népalaise s’interroge. Pourquoi la pneumonie de l’ex Premier ministre Koirala est-elle restée secrète ? Et pourquoi n’a-t-il pas été admis à l’hôpital pour être soigné ? Il s’était pourtant effondré dans sa salle de bains quelques heures avant son décès, ce qui aurait laissé le temps de l’hospitaliser, indique le quotidien népalais Kantipur repris par The New Indian Express. Sa mort relèverait-elle donc d’une « pure négligence » ?
Par Alexandre Gandil, avec Arnaud Dubus à Bangkok et Anda Djoehana Wiradikarta à Paris