Revue de presse insolite - janvier 2016

La face B de l'actu asiatique

McChoco Potato, délicieuses frites nappées de chocolat
Vous reprendrez bien un peu de McChoco Potato, nos délicieuses frites nappées de chocolat ? Copie d'écran du Time, le 19 janvier 2016.

Causes et plaisirs du célibat

Malaisie : l’abus de réseaux sociaux, nouvelle cause de divorce

The Malaysian Insider – La doyenne de la faculté d’Education de l’Universiti Malaya tire la sonnette d’alarme : en Malaisie, la consultation excessive des réseaux sociaux serait devenue une cause de divorce ! Les applications telles que WhatsApp ou Messenger seraient en effet devenues les arènes favorites des jeunes couples pour se disputer. Or Mariani Mohd Nor explique que « la colère exprimée par message sur WhatsApp peut prendre une tonalité et une intention différente de celle voulue par l’envoyeur » – ce à quoi s’ajoutent les photos et statuts « maladroits » publiés sur Facebook. Face aux menaces modernes qui pèsent sur la stabilité les couples, le maître de conférences Saedah Abdul Ghani de l’Universiti Sains Islam Malaysia a notamment demandé que soit modifié le programme des cours de préparation religieuse au mariage… Mais que les jeunes Malaisiens se rassurent : le manque de tact, avec ou sans réseaux sociaux, est universel.
Une poupée gonflable
Une poupée gonflable, voilà un cadeau original qui fait toujours plaisir aux employés méritants. Copie d'écran du South China Morning Post, le 27 janvier 2016.

Chine : des poupées gonflables pour les salariés masculins

South China Morning Post – Il y a des entreprises qui offrent un 13e mois, et puis il y a Lianlian. En cette période de primes, la boîte d’informatique basée à Guangzhou (sud de la Chine) s’est fendue d’une délicate attention auprès de ses employés masculins célibataires… en leur offrant une poupée gonflable. Il leur a d’ailleurs été expliqué comment s’en servir lors de la conférence annuelle de l’entreprise, indique le South China Morning Post. Rien de bien original, en fait, quand on sait que Lianlian développe « une application permettant à ses utilisateurs de vivre une romance virtuelle ». Tinder n’a qu’à bien se tenir, la concurrence chinoise débarque.

Des choix bien rationnels

Homme se coupant la barbe, attention monsieur, le rasoir de Douchanbé n'est pas loin !
Attention monsieur, le rasoir de Douchanbé n'est pas loin ! Copie d'écran de RT, le 21 janvier 2016.

Le Tadjikistan rase 13 000 barbus pour combattre Daech

RT – Combattre l’islam radical par des méthodes tout aussi radicales – et simplistes. Après avoir interdit les noms « à consonnance étrangère » (c’est-à-dire, qui ne se rapportent pas à la « culture tadjike »), le gouvernement de Douchanbé a annoncé avoir rasé 13 000 hommes dont la barbe était considérée comme « trop longue ou trop hirsute », et avoir « convaincu » 1 700 femmes de retirer leur voile intégral. Pour quelle efficacité, ça, on ne sait pas. Mais le pire, c’est que certains pourraient y voir une source d’inspiration…
Policiers faisant du sport. "Boys ! Boys ! Boys ! I'm ready for the good time !"
"Boys ! Boys ! Boys ! I'm ready for the good time !" Copie d'écran de The Star online, le 7 janvier 2016.

Malaisie : les policiers enrobés n’obtiendront pas de promotion

The Star online – La Malaisie tient le concept d’une bonne émission de télé-réalité – ou d’un clip d’électro avant-gardiste : mettre au sport 35 policiers obèses pour les rendre dignes d’une promotion. Mais il s’agit en fait d’un projet pilote tout à fait sérieux, lancé par la police de Kuala Lumpur début janvier. Objectif : « assurer l’application de la loi et le maintien de l’ordre public par des officiers compétents et en bonne forme », assure le directeur du management de la police royale malaisienne. Au total, 11 000 agents seraient obèses, indique The Star online. Ils sont pour l’instant interdits de promotion.

Le Turkménistan devient entièrement non-fumeur

Direct matin – Le plus faible pourcentage de fumeurs au monde (8%), oui, mais à quel prix ? Le président turkmène a accumulé mesure sur mesure pour lutter contre le tabac dans son pays. Jusqu’à la publication d’un décret, début janvier, qui interdit la vente de cigarettes et de tout produit dérivé du tabac au Turkménistan. Tout simplement. Chaque commerçant contrevenant à la loi se verra infligé d’une amende équivalente à 10 mois de salaire (1 810 euros). Ah, la bienveillance des dictateurs pour leur chère population…

Bon appétit, bien sûr !

Samoussa
Touche pas à mon samoussa ! Copie d'écran du South China Morning Post, le 14 janvier 2016.

Inde : la taxe sur les samoussas passe mal

South China Morning Post – Le samoussa, c’est délicieux. Mais est-ce un mets d’exception ? Voilà le débat qui agite le Bihar depuis la mi-janvier, alors que le gouvernement local a émis un projet de loi visant à taxer à 13,5% plusieurs produits dits « de luxe » : des cosmétiques, des parfums, certains bonbons et… les samoussas, justement. Une décision incomprise par la population et l’opposition, puisque ce petit beignet triangulaire constitue l’un des snacks les plus populaires du pays. L’indignation s’est déversée sur la twittosphère où certains parlent de « taxe absurde » et demandent de « laisser les samoussas tranquilles » (« leave samosas alone »). Aux dernières nouvelles, la colère n’a pas encore enfanté du hashtag « Je suis un samoussa ».
Du gâteau à la fraise, oui - mais en chips !
Du gâteau à la fraise, oui - mais en chips ! Copie d'écran du Japan Times, le 15 janvier 2016.

Japon : tu préfères des chips au bon goût de gâteau à la fraise ou des frites nappées de chocolat ?

The Japan Times – Des patates pour le dessert, ça ne fait pas peur aux Japonais – et le mois de janvier leur a été particulièrement clément. Première innovation : les chips saveur gâteau à la fraise. L’entreprise à l’origine de ce massacre gastronomique, Koikeya, est une multi-récidiviste : en 2015, elle avait déjà lancé une gamme répondant au doux nom de « breakfast fruit », des chips pleines de promesses aux délicates saveurs de mandarine et de pêche. Mais le pire, c’est que les multinationales surfent sur la vague des pommes de terre sucrées-salées ! En ce début d’année, rapporte le magazine Time , Mc Donald’s a lancé dans l’archipel ses McChoco Potato. Le géant du fast-food américain a en effet eu la bonne idée de « pimper » sa vulgaire barquette de frites avec un double nappage chocolat noir / chocolat blanc. C’est fin, c’est très fin, ça se mange sans faim.
Carfard dans un bol de nouilles
Un jour, les insectes remplaceront la viande... Mais pas aujourd'hui, et pas comme ça. Copie d'écran du South China Morning Post, le 10 janvier 2016.

Chine : un cafard dans les nouilles

South China Morning Post – Voilà un chef qui ne manque pas d’air ! Lorsque, dans un restaurant de Zhengzhou (centre de la Chine), une cliente s’est plainte d’avoir découvert un cafard dans son bol de nouilles, le patron s’est insurgé. « La touche de notre restaurant, c’est justement le goût du cafard ! », lui a-t-il rétorqué avant de s’en prendre à elle : « C’est normal de trouver un cafard dans sa nourriture, moi-même j’en ai mangé un il y a quelques jours. Qu’est-ce que vous êtes difficile ! » Vu comme ça… Une petite barquette de frites au chocolat pour faire passer ?

L'Asie en marche

Ceci n'est pas une chaussure : c'est une église.
Ceci n'est pas une chaussure : c'est une église. Copie d'écran de Focus Taiwan, le 13 janvier 2016.

Taïwan : une église en forme d’escarpin ouvrira bientôt ses portes

Focus Taiwan – Voilà une initiative de très bon goût et qui ne véhicule pas du tout une image régressive de la femme. Dans le comté taïwanais de Chiayi (Sud-Ouest), une église en forme d’escarpin doit ouvrir ses portes le 8 février dans le but d’attirer plus de touristes de sexe féminin. L’édifice de 17 mètres de haut, qui devait être baptisé « Eglise de la pantoufle de Cendrillon », n’aura en fait aucune fonction religieuse. Il renfermera néanmoins une collection de 100 installations « inspirées par les femmes ». De quoi s’agit-il ? D’après Focus Taïwan : des « chaises pour amoureux », des « feuilles d’érable », des biscuits et des gâteaux ; bref, que des objets dont le lien avec la femme est évident. Sentant la consternation et l’indignation monter, le porte-parole de la Southwest Coast National Scenic Area Administration a tenté de recadrer le tir. Cheng Jung-feng explique ainsi que le design de l’église rend hommage aux femmes qui, en raison de l’épidémie de « maladie du pied noir », ont dû voir leur pied amputé et abandonner leur rêve de « descendre un tapis rouge avec de fabuleux escarpins ». Pas certain qu’il ait trouvé les bons mots.

Inde : Shiva, ce bobo écolo

Scroll.in – Le Congrès scientifique indien de janvier a manqué de peu une intervention croustillante. Akhilesh K. Pandey, président de la Commission réglementaire de l’Université du Madhya Pradesh, n’a pu livrer son intervention intituée « Lord Shiva: As a Greatest Environmentalist in the World » pour cause « d’incident de dernière minute ». Heureusement, le site indien Scroll.in délivre quelques extraits de ses théories, selon lesquelles la famille de Shiva était acquise, entre autres, à la défense de l’environnement puisqu’elle « se déplaçait à dos d’animaux, et non pas, par exemple, dans des voitures polluantes ». Profitons donc de cette occasion pour saluer la conscience écologique de Jeanne d’Arc, d’Hannibal ou encore de Lady Godiva.
Par Alexandre Gandil, avec Sylvie Lasserre Yousafzai à Islamabad, Clea Chakraverty et Rebecca Zissmann à Paris

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don