Revue de presse Asie - 7 janvier 2016

Bourse chinoise en déroute, frontière Cambodge-Vietnam et décès du chief-minister au Jammu-et-Cachemire

Nouveau coup dur pour les bourses asiatiques alors que les marchés chinois dévissent
Nouveau coup dur pour les bourses asiatiques alors que les marchés chinois dévissent. Copie d'écran du South China Morning Post, le 7 janvier 2016.

Asie du Nord-Est

Les bourses asiatiques s’effondrent pour la 2e fois cette semaine

South China Morning Post – Après s’être péniblement relevés de la fermeture prématurée de la bourse chinoise lundi, les marchés asiatiques encaissent à nouveau ce jeudi les effets de la nouvelle politique financière de Pékin. La bourse de Shanghai a fermé 30 minutes après l’ouverture à 10h du matin, suite à une baisse rapide de son indice de plus de 7%. Les bourses de Shenzhen et Hong Kong ont suivi. « Les investisseurs sont effrayés par la mise en place du nouveau mécanisme disjoncteur et la pression à la baisse sur le yuan », explique Tom Rafferty, économiste spécialiste de l’Asie pour The Economist à Pékin, cité par le South China Morning Post.

Instauré lundi, le disjoncteur suspend voire ferme automatiquement les marchés boursiers dès lors qu’ils plongent de plus de 7%. Un analyste de la banque HSBC souhaite que « le mécanisme de disjoncteur soit amélioré dans les prochains mois pour inclure notamment un seuil plus élevé de baisse de l’indice avant l’arrêt des échanges ». La fermeture de la bourse de Shanghai a sérieusement affecté les pays voisins, le Nikkei terminant la journée au plus bas depuis 3 mois à 17 767,34 points (-2,33% ce jeudi) selon le Japan Times. La Corée du Sud quant à elle finit au plus bas depuis 4 mois à 1904,33 points (-1,1% aujourd’hui), écrit le Korea Herald.

Corée du Nord : les pays voisins durcissent leur position

The Korea Herald – Corée du Sud, Chine et Japon ont tous trois condamné fermement l’essai nucléaire de Pyongyang survenu hier, de même que les Etats-Unis et le Conseil de Sécurité de l’ONU. Ce jeudi, les chefs d’Etat Park et Obama se sont accordés sur la sévérité des sanctions à imposer à la Corée du Nord et ont réaffirmé leur « engagement inébranlable » dans leur alliance militaire, écrit le Korea Herald. Ils souhaitent maintenant coordonner leur réaction avec Pékin qui assure ne pas avoir été prévenu de l’essai nord-coréen. « La Chine reste ferme dans sa position sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne et considère que la prolifération nucléaire doit être empêchée pour maintenir la paix et la stabilité de l’Asie du Nord-Est », a annoncé la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, citée par le Global Times.

Selon le Japan Times, le test de bombe à hydrogène opéré par Pyongyang présage d’un nouveau gel des pourparlers sur la restitution des Japonais enlevés par la Corée du Nord durant la guerre froide. Des parents de personnes toujours tenues captives par les Nord-Coréens s’inquiètent que « si le gouvernement japonais approuve des sanctions, les négociations soient prolongées entre le Japon et la Corée du Nord », discussions qui avaient repris en mai 2013. La question des enlèvements a empêché jusqu’ici toute normalisation diplomatique entre les deux pays.

Netflix conquiert l’Asie, à l’exception de la Chine

South China Morning Post – Mercredi, le pionnier américain du streaming a lancé son service dans 130 nouveaux pays dont la plupart des pays d’Asie, sauf la Chine continentale. Cette dernière reste difficile d’accès « à cause de ses contrôles stricts sur le streaming et les contenus étrangers », explique le South China Morning Post. Reed Hastings, le directeur général de Netflix, a annoncé être en négociation avec le gouvernement chinois pour un lancement de la plate-forme dans le futur : « Il y a un milliard de Chinois à qui nous souhaitons donner accès aux contenus de Netflix […], nous sommes très patients ».

Dans le reste de l’Asie, le grand lancement du service a suscité des réactions mitigées chez les utilisateurs. Si les Indiens ont accueilli avec humour la plate-forme sur les réseaux sociaux, le public hongkongais a, lui, été déçu par l’absence remarquée de séries signature de Netflix comme Breaking Bad. La compagnie a assuré qu’elle rendrait disponible au monde entier tous ses contenus d’ici 5 à 10 ans. Il lui reste également à implanter de nouvelles langues telles que l’indonésien, car elle n’a traduit pour l’instant son service qu’en coréen, japonais et chinois, souligne The Jakarta Post.

Asie du Sud-Est

Frontière Cambodge-Vietnam : les Vietnamiens ne pourront plus louer des terrains cambodgiens

The Phnom Penh Post – Le Vietnam va interdire à ses ressortissants la location de terrains de l’autre côté de la frontière. Le ministre de l’Intérieur Sar Kheng a annoncé hier que le gouvernement vietnamien avait accepté une demande de Phnom Penh. Kheng a aussi indiqué qu’il allait continuer son enquête sur la situation à la frontière. Le parti d’opposition cambodgien CNRP dit accueillir favorablement cet accord « sur le principe ». Il reproche au Premier ministre khmer Hun Sen d’avoir cédé certaines poches de territoire illégalement au Vietnam en 1985.

Indonésie : faire cesser le mariage des enfants

The Jakarta Post – En l’absence de loi contre le mariage des enfants, le gouvernement doit agir. Koalisi 18+, la Coalition indonésienne pour mettre fin aux mariages d’enfants, demande à l’administration du président Joko Widodo de prendre un décret (Perppu en indonésien) pour « sauver le futur de millions d’enfants indonésiens ». En juin dernier, la Cour constitutionnelle avait rejeté la demande de l’association de faire passer l’âge légal du mariage à 18 ans. L’Indonésie, où un jeune fille sur cinq est mariée avant ses 18 ans, est le deuxième pays d’Asie du Sud en terme de mariage d’enfants. Une enquête de 2012 montrait ces mariages ont pour conséquence un grand nombre de morts de nouveau-nés et de jeunes mères.

Thaïlande : bientôt une solution pour le conflit indépendantiste du Sud ?

Bangkok Post – Une baisse de la violence de 42,1% dans le sud de la Thaïlande. Les statistiques concernant le nombre d’incidents violents – bombes ou fusillades – montrent un progrès pour l’année 2015 par rapport aux années précédentes. Une insurrection indépendantiste sévit dans cette région à majorité musulmane. Est-ce à dire que l’on s’oriente vers une solution du conflit qui, pour la phase la plus récente, entre dans sa douzième année, s’interroge le Bangkok Post dans un éditorial. Peu s’en faut, estime le quotidien. Le succès tactique des forces militaires n’indique pas pour autant que les problèmes de fond soient réglés.

Philippines : les « femmes de réconfort » font aussi entendre leur voix

The Irrawaddy – Un groupe de « femmes de réconfort » philippines demande au gouvernement de l’archipel de leur obtenir réparation et excuses de la part du Japon. Environ un millier de femmes philipines, les « Malaya Lolas » ont subi la prostitution forcée lors de l’occupation nippone durant la Seconde Guerre mondiale. Le sujet des « femmes de réconfort » est source de tensions diplomatiques entre le Japon et de nombreux pays de la région. Tokyo et Séoul ont notamment trouvé un accord le mois dernier, avec la création d’un fond d’un milliard de yens par le Japon pour aider les victimes – mais l’accord est contesté par les victimes sud-coréennes. Les « femmes de réconfort » philippines craignent quant à elles d’être oubliées par leur gouvernement. Manille tente actuellement d’obtenir le soutien de Tokyo dans le conflit de la Mer de Chine méridionale, et le dossier des « Malaya Lolas » pourrait lui servir de levier dans les négociations.

Asie du Sud

Inde : décès du ministre en chef du Jammu-et-Cachemire

NDTV – La nouvelle fait la Une de tous les quotidiens indiens ce matin. Mufti Mohammad Sayeed, ministre en chef de la province indienne du Jammu-et-Cachemire, est décédé ce jeudi 7 janvier à l’âge de 79 ans. Il était hospitalisé à Delhi depuis le 24 décembre pour une infection pulmonaire. L’annonce de sa mort a entraîné l’hommage unanime de la classe politique. Le Premier ministre Narendra Modi parle d’un « grand vide laissé à la nation et au Jammu-et-Cachemire » et le vice-président du Parti du Congrès (opposition) Rahul Gandhi fait part des « regrets de son Etat et de la nation indienne ». C’est désormais sa fille, Mehbooba Mufti, qui devrait prendre la tête de l’Etat fédéré. La juridiction du Jammu-et-Cachemire ne recouvre qu’une partie de la région du Cachemire proprement dite, disputée avec le Pakistan depuis la partition de 1947.

Inde : les îles Lakshadweep s’apprêtent à affronter El Niño

Scroll.in – Hausse des températures océaniques, blanchiment du corail, écosystèmes détruits, côtes ravagées : c’est le désastre annoncé d’ici les prochains mois dans l’océan Indien. En cause : le phénomène climatique El Niño, particulièrement violent cette année. Parmi les territoires probablement touchés, les îles Lakshadweep, situées à près de 300 km des côtes du Kerala (sud-ouest de l’Inde). Le site d’information Scroll.in note que si en 1998, suite à une catastrophe similaire, les récifs coraliens de Lakshadweep ont repris le dessus – grâce aux pluies répétées de la mousson et à la présence de nombreux poissons – il n’est pas certain que le même schéma se répète cette année. Les coraux viennent à peine de retrouver leur équilibre. Scroll.in tire donc la sonnette d’alarme : c’est toute la population des îles Lakshadweep et son mode de vie qui sont menacés. Sans barrière de corail, les îles ne sont plus protégées de l’extérieur et l’eau de mer peut s’infiltrer dans leurs réserves d’eau douce.

Pakistan : expulsion d’une diplomate bangladaise soupçonnée d’espionnage

Dawn – Retour à la case Dacca. La diplomate Moushumi Rahman, conseillère politique et chef de la chancellerie au Haut-Commissariat du Bangladesh à Islamabad a été expulsée du Pakistan ce jeudi 7 janvier au matin. Elle est accusée d’avoir fomenté des « activités contre l’Etat » et fait encore l’objet d’une surveillance accrue par les renseignements pakistanais. D’après le quotidien Dawn, il s’agirait en fait d’un retour de bâton : cette décision fait suite à l’expulsion fin 2015 par les autorités de Dacca d’une diplomate pakistanaise soupçonnée d’avoir financé un extrémiste bangladais, accusé d’espionnage… Les relations entre le Bangladesh et le Pakistan sont particulièrement tendues depuis novembre, lorsque Dacca a exécuté deux individus accusés de génocide et de viol durant la guerre d’indépendance du Bangladesh, qui a fait sécession avec le Pakistan en 1971.

Par Joris Zylberman, Alexandre Gandil, Mathilde Loire et Rebecca Zissmann, avec Arnaud Dubus à Bangkok et Anda Djoehana Wiradikarta à Paris.