Revue de presse Asie - 4 janvier 2016

Panique boursière en Chine, pauvreté en hausse en Indonésie et tremblement de terre dans le Nord-Est indien

Tremblement de terre Manipur
Le nord-est de l'Inde a été réveillé par de violentes secousses de magnitude 6,8 ce lundi matin. Copie d'écran de The Hindu, le 4 janvier 2016.

Asie du Nord-Est

Chine : les marchés financiers suspendus après une chute de 7%

South China Morning Post – Début d’année mouvementé pour les marchés financiers chinois. Les bourses de Shanghai et de Shenzhen ont été suspendues à 13h33 heure locale après des chutes vertigineuses : – 6,85% pour la première et – 8,2% pour la seconde. Cette mesure d’exception a pu être prise en vertu du nouveau système de « coupe-circuit », annoncé en septembre 2015 et mis en place en début d’année. Il permet de suspendre pendant 15 minutes les marchés chinois lorsque la fluctuation du CSI 300 (indice boursier qui regroupe les 300 principales capitalisations boursières chinoises) est supérieure à 5%, et de les suspendre pour le reste de la journée si sa fluctuation dépasse les 7%. Et c’est justement l’introduction du « coupe-circuit » qui aurait causé la panique sur les marchés, d’après le South China Morning Post : les actionnaires se sont empressés de vendre leurs titres avant la suspension des cours. Et l’ambiance devrait rester électrique. Le 8 juillet dernier, pour juguler la crise boursière de l’été dernier, les autorités chinoises avait interdit de vendre le moindre titre aux investisseurs disposant de plus de 5% du capital des entreprises côtées en bourse. Or cette interdiction doit prendre fin ce vendredi… Ce qui promet une semaine particulièrement volatile sur les marchés financiers chinois.

Japon – Corée du Sud : incertitudes sur la mise en place de l’accord autour des « femmes de réconfort »

The Japan Times – C’est un accord historique qui a été trouvé entre la Corée du Sud et le Japon fin décembre – celui qui doit régler la question des « femmes de réconfort », pierre d’achoppement dans les relations entre les deux pays. Le Japan Times annonce aujourd’hui que de nouvelles rencontres sont prévues dès le mois de janvier entre Tokyo et Séoul pour déterminer les modalités de mise en place de l’accord. Car le Japon ne compte pas livrer 1 milliard de yens (7,5 millions d’euros) à la fondation sud-coréenne soutenant les femmes de réconfort sans contrepartie. Au coeur des enjeux désormais : le retrait de la statue d’une femme de réconfort, érigée en 2011 à quelques mètres seulement de l’ambassade du Japon à Séoul. Plusieurs groupes de la société civile sud-coréenne s’opposent néanmoins à son déboulonnement – dont les femmes de réconfort qui ont survécu, et qui sont insatisfaites de l’accord…

Corée du Nord : le nombre de défections divisé par deux depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un

The Korea Herald – Ils étaient 1277 en 2015 contre 2706 en 2011. Depuis l’accession au pouvoir de Kim Jong-Un (fin 2011), les flux de réfugiés nord-coréens vers la Corée du Sud ont été divisés par deux, a annoncé le ministère sud-coréen de l’Unification. Ils n’étaient déjà plus que 1502 en 2012. C’est la conséquence du renforcement des contrôles à la frontière avec la Chine mis en place par la nouvelle administration. Le ministère sud-coréen note également que la proportion de femmes a augmenté parmi les réfugiés (plus de 80%) car elles seraient moins sujettes aux contrôles que les hommes.

Taïwan : le DPP accuse le KMT d’achat de voix

Taipei Times – C’est une petite musique familière la veille d’élections à Taïwan. Le Parti démocrate progressiste (DPP), dont la victoire de la candidate Tsai Ing-wen est attendue aux élections présidentielles du 16 janvier, accuse le Kuomintang (KMT), parti au pouvoir, d’organiser de vastes achats de votes dans les comtés de Hsinchu et Chiayi, sur la côte ouest de l’île. Le DPP soupçonne également le système judiciaire taïwanais d’être plus clément avec les auteurs d’achat de vote du KMT qu’avec ceux en faveur de petits candidats indépendants, ce qui remet en cause son impartialité.

Asie du Sud-Est

Birmanie : un Jour de l’Indépendance plein d’espoir, une première

Myanmar Times – La Birmanie fête son indépendance ce lundi 4 janvier. Pourtant, ce 68e anniversaire a un goût particulier, souligne Nicholas Farrelly, directeur du Myanmar Research Centre en Australie. « Jusqu’à récemment, écrit-il dans le Myanmar Times, les célébrations du Jour de l’Indépendance étaient teintées de tristesse : les opportunités perdues étaient les standards dans la Birmanie post-coloniale. » Mais ces dernières années, malgré les arrestations de journalistes, d’activistes et d’étudiants, les Birmans ont pu développer et exprimer leurs opinions. Le contrôle du web birman s’est déserré, et des médias auparavant interdits publient à nouveau. Même si les choses sont loin d’être parfaites, écrit Nicholas Farelly, cela ne doit pas détourner la Birmanie de son but : consolider la liberté et la démocratie.

Ce texte fait écho aux paroles d’Aung San Suu Kyi, rapportées par Asian Correspondent. La première priorité de son gouvernement, a-t-elle annoncé ce lundi à Rangoun, sera d’assurer la paix en Birmanie. « Nous nous efforcerons d’établir un cessez-le-feu incluant tout le monde », a-t-elle déclaré au siège de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD). Le nouveau gouvernement commencera son mandat cette année : parviendra-t-il à maintenir la paix entre les différentes ethnies du pays ?

Indonésie : le taux de pauvreté en hausse

Jakarta Globe– La pauvreté est en hausse en Indonésie, d’après une étude publiée récemment par le Bureau central des statistiques (BPS) du pays. Avec la croissance indonésienne la plus basse depuis 2009, les populations les plus fragiles voient diminuer leurs possibilités de revenus. Plus de 11% de la population se situait en septembre 2015 en-dessous du seuil de pauvreté, gagnant moins de 24,8 dollars par mois. Le taux connaît tout de même une petite baisse par rapport au mois de mars. L’agence de statistiques réalise en effet deux études par an, en mars et en septembre, pour déterminer les effets des périodes de récoltes sur la pauvreté.

Indonésie : 500 000 hectares de forêts communautaires pour 2017

The Jakarta Post – Protéger les forêts contre les incendies et l’exploitation forestière illégale. Voilà le double objectif de l’administration provinciale du Sumatra occidental. Elle pense pouvoir achever son programme de forêts communautaires d’ici fin 2017. Ce plan lancé en 2012 prévoit de transmettre la gestion de 500 000 hectares de forêt aux communautés locales. Le programme progresse assez lentement puisque seuls 19% de la superficie visée sont déjà gérés par les communautés. Hendri Octavia, chef de l’Agence forestière du Sumatra occidental, a annoncé que l’institution souhaitait terminer la mise en place de 200 000 hectares de forêts communautaires en 2016, et 200 000 autres l’année suivante.

Thaïlande-Cambodge : la ligne ferroviaire entre les deux pays attendue pour décembre

Bangkok Post – Les autorités Khmers annoncent la fin des travaux sur la ligne de chemin de fer Thaïlande-Cambodge pour décembre 2016. La réhabilitation de cette ligne thaïlandaise doit permettre des transports plus efficaces dans la région du Mékong. Elle fera le lien entre Aranyaprahet, dans la province de Sa Kaeo à l’est de la Thaïlande, et Ban Khlong Luek, en face de la ville cambodgienne frontalière de Poipet. La connexion était interrompue depuis les années 1970 à cause de conflits internes au Cambodge.

Asie du Sud

Inde : tremblement de terre de magnitude 6,7 dans le Nord-Est

The Hindu – Réveil brutal ce matin en Inde. A 6h45, un tremblement de terre a secoué l’Etat de Manipur dont la capitale, Imphal, se situe à 35 km de l’épicentre. 6 morts et 90 blessés sont déjà recensés. Le populaire « marché des femmes » dans le centre-ville d’Imphal se serait partiellement effondré. Les secousses ont été ressenties en Birmanie – frontalière de Manipur -, au Bangladesh, au Népal et jusqu’au Tibet. Le bilan au Bangladesh est pour le moment de 3 personnes tuées et une quarantaine de blessés. Il se dit déjà que l’intensité du tremblement de terre est la deuxième plus élevée depuis presque 60 ans. Une réunion d’urgence du Comité national de gestion des crises a été organisée, présidée par le secrétaire du Cabinet P. K. Sinha. Facebook a réagi de son côté en activant son outil de « safety check ». Il y a eu 9 répliques au cours de la matinée.

Inde : attaque terroriste sur une base militaire indienne à Pathankot dans le Pendjab

The Hindu – L’Etat du Pendjab, frontalier avec le Pakistan, à nouveau victime du terrorisme. Repéré en ville vendredi 1er janvier après avoir brièvement pris en otage plusieurs personnes séparément, un groupe de quatre terroristes s’est attaqué à la base aérienne de Pathankot tôt dans la matinée de samedi. Les assaillants ont ont 6 personnes, membres du personnel, et fait 18 blessés avant d’être fusillés.

Le dimanche matin, alors qu’un lieutenant des Gardes de la sécurité nationale et son équipe inspéctaient le corps d’un terroriste, l’engin explosif qu’ils ont découvrent a tué le lieutenant et blessé ses co-équipiers. Peu après, deux autres terroristes encore en vie ont été localisés dans l’enceinte de la base militaire. Ce lundi, les autorités révèlent que six terroristes ont été neutralisés lors du passage de la base au peigne fin. La situation n’est pas claire quant à la présence d’autres terroristes retranchés. Il s’agirait de Pakistanais « bien préparés » qui auraient passé la frontière récemment. Des critiques s’élèvent déjà contre les autorités sur leur gestion poussive de la situation alors que de nombreux militaires étaient postés dans la zone.

Afghanistan : assaut contre le Consulat indien à Mazar-e-sharif

NDTV – Ce dimanche soir, quatre hommes armés ont pris d’assaut le Consulat indien de la ville de Mazar-e-Sharif en Afghanistan. Deux des assaillants, postés sur un immeuble voisin, ont été tués par les forces spéciales afghanes. Le Consul général B. Sarkar a assuré que « tout le monde était en sécurité » au sein de la mission qui compte trois Indiens. Pour l’instant, l’attaque n’a pas été revendiquée. Elle s’inscrit dans une série de plusieurs assauts visant des Indiens en Afghanistan au cours des dernières années comme en 2013, lorsque 9 civils avaient été tués par des attentats-suicides dans la ville de Jalalabad, dans l’est du pays.

Par Joris Zylberman, Alexandre Gandil, Mathilde Loire et Rebecca Zissmann, avec Anda Djoehana Wiradikarta et Clea Chakraverty à Paris.