Revue de presse Asie - 16 décembre 2015

Cybergouvernance mondiale selon Xi Jinping, mesures anti-Daech en Birmanie et commémoration du massacre de Peshawar

Le Pakistan commémore aujourd’hui le premier anniversaire du massacre de Peshawar, qui avait fait 144 morts dans une école de la ville.
Le Pakistan commémore aujourd’hui le premier anniversaire du massacre de Peshawar, qui avait fait 144 morts dans une école de la ville. Copie d’écran de The Express Tribune, le 16 décembre 2015.

Asie du Nord-Est

Chine : l’appel de Xi Jinping pour une « gouvernance mondiale de l’Internet »

South China Morning Post« Multilatérale », « démocratique » et « transparente » : c’est la gouvernance du web que le président chinois Xi Jinping a appelée de ses voeux aujourd’hui, lors de la deuxième conférence mondiale de l’Internet à Wuzhen, dans la province du Zhejiang (Ouest). Officiellement, Pékin souhaite lutter contre le cyberespace « délétère » tel qu’il existe actuellement. En cause selon les autorités chinoises : la « course aux armements informatiques » et les cyberattaques des Etats, mais aussi les crimes commis par les internautes – terrorisme, blanchiment d’argent, trafic de drogue et autres.
Xi Jinping souhaite donc instaurer un cadre international de règlementation de l’Internet – « qui ne peut échapper au règne de la loi » – tout en garantissant la souveraineté numérique de chacun des Etats : « Il ne doit pas y avoir d’hégémon du web. Pas plus d’ingérence dans les affaires intérieures des Etats. Et pas plus de soutien à des activités en ligne pouvant porter atteinte à la sécurité nationale d’un autre Etat. » Le tout en ajoutant qu’un « équilibre » est à trouver entre respect de l’ordre et liberté d’expression. Il n’en a pas fallu plus pour que les ONG défendant les droits de l’homme montent au créneau, comme Amnesty International : « Sous couvert de souveraineté et de sécurité, les autorités chinoises tentent de réécrire les lois de l’Internet pour que la censure et la surveillance deviennent la norme internationale », a déclaré Roseann Rife, directrice de recherche de l’ONG pour l’Asie du Nord-Est.

Hong Kong : le rachat du South China Morning Post par Alibaba ne remet pas en cause son indépendance, promet Jack Ma

Wall Street Journal – Et c’est aussi en marge de la conférence mondiale de l’Internet que Jack Ma, patron d’Alibaba, a voulu rassurer les lecteurs du South China Morning Post – titre phare de la presse hongkongaise qu’il a racheté la semaine dernière pour 266 millions de dollars. Bien qu’Alibaba soit une entreprise privée, d’aucuns craignent que le gouvernement chinois ne fasse pression pour qu’il influe sur la ligne éditoriale du quotidien – et remette donc en cause son indépendance. « Nous souhaitons l’impartialité et l’indépendance des medias », a assuré Jack Ma avant d’ajouter : « Pourquoi les gens pensent-ils que l’indépendance du South China Morning Post est plus menacée avec nous qu’avec un autre ? » Les lecteurs jugeront sur pièce.

Japon : la Cour suprême statue sur les femmes et le mariage

The Japan Times – C’est une demi-victoire pour les défenseurs des droits des femmes au Japon. La Cour suprême a cassé ce mercredi le moratoire datant de l’ère Meiji (1868-1912) imposant à une femme un délai de 6 mois entre son divorce et son remariage – un texte initialement mis en place pour déterminer la paternité d’un enfant né peu après le divorce, et devenu caduque à l’époque des « tests de grossesse et ADN », note le Japan Times. Néanmoins, la Cour a refusé de revenir sur la loi imposant aux nouveaux mariés de choisir soit le nom de l’homme, soit celui de la femme – alors que les activistes demandaient à ce que chacun puisse conserver son nom de famille. Avec la quasi-totalité (plus de 96% des couples) choisissant le nom de l’homme, les organisations de défense des droits des femmes estiment qu’il s’agit d’un faux choix pour l’épouse – et donc d’une discrimination.

Corée du Nord : prison et travaux forcés à vie pour le pasteur canadien Hyeon Soo Lim

The Guardian – Arrêté au mois de février, le pasteur canadien d’origine sud-coréenne Hyeon Soo Lim a été condamné à la prison à perpétuité ainsi qu’à des travaux forcés par la Cour suprême nord-coréenne ce mercredi, pour « crimes contre l’Etat ». Dans des aveux vraisemblablement forcés, Lim a confié avoir « diffamé et insulté la plus grande dignité et le système de la république ». Il s’était rendu plus de 100 fois en Corée du Nord depuis 1997 où il vient en aide à une maison de retraite, une maternité et un orphelinat, indique The Guardian.

Taïwan : non unanime aux capitaux chinois dans les semi-conducteurs

Taipei Times – Rare unité de la classe politique en période électorale sur le danger représenté par le rachat annoncé par Tsing-hua Unigroup, une entreprise publique chinoise, des entreprises taïwanaises du secteur des semi-conducteurs, après une proposition allant dans ce sens par Taipei. Les deux principaux candidats à l’élection présidentielle du 16 janvier, Tsai Ing-wen du DPP et Eric Chu du KMT, s’y sont opposés. Siliconware Precision Industries Co avait annoncé vouloir céder 25% de ses parts au chinois Tsing-hua.
L’annonce par John Deng, le mois dernier, d’un projet de réglémentation pour autoriser les groupes chinois à entrer dans le capital des entreprises taïwanaises du secteur des semi-conducteurs, avait provoqué une levée de bouclier dans les cercles politiques et universitaires à Taïwan. Hier, le gouvernement a fait machine arrière, rapporte le China Post. Selon les statistiques gouvernementales, Taïwan détient 18,9% des parts du marché mondial dans ce secteur.

Asie du Sud-Est

Birmanie : renforcement des mesures préventives contre Daech

The Irrawaddy – Alors que 10 membres de Daech seraient entrés sur le sol thaïlandais, la Birmanie prend des mesures pour sécuriser sa frontière et se prémunir contre une attaque potentielle. Les autorités de Naypyidaw ont décidé de renforcer les contrôles policiers dans la région du Tenasserim, à l’extrême sud du pays, et qui partage plus de 900 km de frontière avec la Thaïlande. « Pour l’instant, nous organisons des contrôles renforcés aux postes-frontières et coopérons avec les autorités administratives locales, car nous craignons que des membres de Daech ne traversent le Tenasserim pour atteindre Rangoun », a déclaré un colonel de la police régionale à The Irrawaddy.

Indonésie : face à l’islamisme, Jokowi convoque ses ministres

The Jakarta Post – Les craintes d’attaques terroristes en Indonésie grandissent à l’approche de Noël. Et c’est dans ce contexte que le président Jokowi a décidé ce mercredi de réunir ses ministres pour traiter la question du radicalisme religieux dans le pays. Si l’armée et les renseignements sont déjà mobilisés pour la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, le vice-président Jusuf Kalla préconise une « approche douce » via la valorisation de l’islam modéré. Et le ministre de l’Intérieur de souligner la collaboration nécessaire avec les autorités locales. En tout, 500 Indonésiens auraient fait allégeance à Daech, rapporte le Jakarta Post – et la moitié se seraient rendus en Irak ou en Syrie.

Malaisie : la police surveille 54 groupes « déviants »

The Malay Mail Online – Des représentants de la Police royale malaisienne ont déclaré, devant le Sénat, qu’ils surveillaient actuellement 54 groupes religieux « déviants » en collaboration avec les autorités religieuses du pays. Ces groupes, qui « représentent une menace potentielle pour l’ordre public et la sécurité », pourraient faire l’objets de sanctions si les enquêtes menées aboutissaient sur la découverte de liens avec des activités terroristes. Depuis les attentats de Paris, la Malaisie apparaît aux yeux de l’Asie du Sud-Est comme l’un des plus importants foyers terroristes de la région.

Asie du Sud

Pakistan : le massacre de Peshawar, un an après

The Express Tribune – Le quotidien pakistanais The Express Tribune consacre aujourd’hui un live sur les commémorations du première anniversaire du massacre de Peshawar, où une attaque des Taliban sur une école avait fait 144 morts. Plusieurs mesures symboliques ont été prises ce mercredi, comme la décision du Premier ministre Nawaz Sharif de faire du 16 décembre la « Journée nationale de l’éducation », ou bien la résolution passée par l’Assemblée nationale qualifiant l’attaque terroriste de « crime contre l’humanité ». Des médailles et boucliers honorifiques ont été distribués aux familles des victimes, alors que tous les établissements scolaires du pays étaient fermés pour l’occasion.

Le Pakistan surpris de son inclusion dans l’alliance anti-terroriste menée par l’Arabie Saoudite

Dawn – Alors que l’Arabie Saoudite avait annoncé hier le Pakistan comme membre de l’alliance des 34 pays à majorité musulmane contre le terrorisme qu’elle vient de créer, le ministre pakistanais des Affaires étrangères s’est dit « surpris » de la nouvelle. Le Pakistan n’aurait pas été consulté, et son gouvernement demande désormais des explications. Le quotidien Dawn rappelle que les autorités de Riyad ont déjà inclus Islamabad dans leurs alliances militaires sans son consentement – comme ce fut le cas lors de l’annonce de la coalition régionale qui intervient au Yémen depuis mars 2015. Le Pakistan a toujours refusé de déployer ses troupes sur des théâtres d’opération extérieurs, exception faite des missions de maintien de la paix organisées par l’ONU, ajoute le quotidien.

Inde : les mesures drastiques de la Cour suprême contre la pollution à Delhi

The Indian Express – « L’Airpocalypse » n’est pas l’apanage des Chinois. L’Inde aussi connaît des pics de pollution record – notamment en hiver, où sa capitale Delhi est recouverte par le smog. Pour en limiter l’intensité, la Cour suprême indienne a pris ce mercredi 5 mesures drastiques. Parmi elles, les décisions de refuser l’immatriculation des véhicules diesel de plus de 2000cc dans la région de Delhi à partir de mars 2016, et d’interdire l’accès des véhicules immatriculés avant 2005 dans la capitale. La circulation alternée doit également y être implantée la première quinzaine de janvier.

Par Joris Zylberman et Alexandre Gandil, avec Sébastien Farcis à New Delhi, Sylvie Lasserre Yousafzai à Istanbul, Victor Yu à Taipei et Anda Djoehana Wiradikarta à Paris