Revue de Presse Asie – 3 décembre 2015

Arrestations liées à l’attentat de Bangkok, changement climatique à Chennai et nucléaire à Pyongyang

Deux individus arrêtés dans le cadre de l’enquête des attentats de Bangkok
Deux individus, une Thaïlandaise et son mari turc, ont été arrêtés dans le cadre de l’enquête des attentats de Bangkok, qui avaient notamment visé le sanctuaire d’Erawan (ci-dessus). Copie d’écran du Bangkok Post, le 3 décembre 2015.

ASIE DU SUD-EST

Bangkok : nouvelles arrestations à l’étranger en relation avec l’attentat du mois d’août

Bangkok Post – Trois mois et demi après les explosions au sanctuaire d’Erawan (17 août) et au port de Sathon (18 août), de nouvelles arrestations ont été effectuées à l’étranger, a annoncé le chef adjoint de la police thaïlandaise, sans préciser le pays. Les autorités de Bangkok cherchent maintenant à extrader les suspects : une femme thaïlandaise (Wanna Suansan) et son mari turc (Emrah Davutoglu), d’après les informations divulguées par le site Post Today. Wanna Suansan avait loué une chambre dans laquelle la police a retrouvé du matériel explosif, et Emrah Davutoglu a bénéficié d’un transfert de fonds opéré par un suspect-clé de l’enquête, le Pakistanais Abdul Tawab. Le Bangkok Post rappelle que sur les 10 suspects impliqués dans ces attaques, seuls 2 ont pour l’instant été arrêtés et sont détenus en Thaïlande.

Indonésie : attaques probables contre la communauté chiite

The Jakarta Globe – De hauts responsables de la sécurité indonésienne se sont exprimés publiquement ce mercredi après que les renseignements du pays ont déclaré la communauté chiite menacée par des attaques. « Nous avons organisé une réunion publique pour anticiper la menace », a déclaré le ministre chargé de la Coordination des Affaires politiques, législatives et sécuritaires, avant d’ajouter : « Nous voulons que l’Indonésie reste en paix et ne devienne pas comme l’Irak ou la Syrie » – la communauté chiite représente en effet l’une des cibles privilégiées de Daech…  Les autorités indonésiennes se sont engagées à « renforcer leur contrôle » sur les groupes extrémistes sunnites proférant des menaces contre les chiites, notamment l’Alliance nationale Anti-chiite créée le mois dernier à Bogor, ville « la plus intolérante » d’Indonésie située en banlieue de Jakarta.

Le Timor oriental rejoindra-t-il enfin l’ASEAN ?

The Straits Times – C’est le seul pays du Sud-Est asiatique à ne pas être membre de l’ASEAN. Dans une tribune publiée par le Straits Times, l’un des directeurs de la Banque asiatique de Développement insiste sur la nécessité d’intégrer le Timor oriental dans l’organisation régionale. Le jeune Etat, indépendant depuis 2002, satisfait tous les critères d’admission : il est situé en Asie du Sud-Est, est reconnu par les 10 membres de l’ASEAN, et accepte de se plier aux dispositions de la Charte de l’organisation – seules « sa capacité et sa volonté à assumer les obligations liées à l’adhésion » doivent être appréciées par les 10 Etats membres… Jusqu’à présent, l’admission du Timor oriental a été officiellement refusée pour son retard de développement vis-à-vis des autres pays de la région – un retard de moins en moins marqué, et qui pourrait être gommé par son adhésion. Les bénéfices s’étendraient d’ailleurs à l’ensemble de l’ASEAN, qui pourrait tirer profit de la jeune population du Timor oriental et de sa localisation stratégique, aux portes du Pacifique.

Cambodge : 25 ans de prison pour le faux médecin qui a transmis le VIH à ses patients

The Phnom Penh Post – Il a été déclaré coupable de centaines d’infections au VIH. Yem Chroeum, faux médecin cambodgien de Roka, province de Battambang (à l’ouest du pays), a été condamné ce mercredi à 25 ans de prison. Il clamait son innocence depuis son arrestation en août. L’affaire met en lumière le problème des faux médecins au Cambodge, qui seraient près de 4000 dans le pays d’après le ministère de la Santé.

ASIE DU NORD-EST

Chine : la COP21 et l’airpocalypse poussent Pékin à préciser ses engagements contre les émissions polluantes

South China Morning Post – Coup de fouet dans la politique environnementale chinoise. Le gouvernement de Pékin a annoncé aujourd’hui qu’il réduirait de 60% ses émissions polluantes liées au secteur énergétique d’ici 2020, dont 180 millions de tonnes de CO2 pour la seule combustion de charbon. Mais pour un diplomate de l’Union européenne cité par le South China Morning Post, ces efforts concernent plus les polluants atmosphériques que les gaz à effet de serre stricto sensu, dont le pic d’émission chinois devrait être atteint en 2030. Objectif : limiter les phénomènes dits d’airpocalypse, que la population chinoise supporte de plus en plus difficilement. Et qui peuvent constituer un facteur de mobilisation contre le Parti communiste chinois. Lundi, le taux de particules fines en suspension à Pékin était 21 fois supérieur aux limites recommandées par l’OMS.

Japon : un Sud-Coréen à l’origine de l’explosion au sanctuaire de Yasukuni

Japan Times – C’était mercredi 23 novembre. Une bombe avait explosé dans le sanctuaire tokyoïte de Yasukuni, où reposent des criminels de guerre nippons. L’explosion n’avait fait ni victime ni dégât matériel majeur. Depuis, l’enquête a avancé et les autorités japonaises ont annoncé qu’elles suspectaient un Sud-Coréen, dont les images ont été capturées par des caméras de surveillance. Une demi-heure avant l’explosion, il est entré dans les toilettes avec un sac et est ressorti sans. Des documents avec des inscriptions coréennes ont également été retrouvés sur les lieux de l’incident. L’homme serait rentré en Corée du Sud le jour même de l’explosion. Le Japan Times rappelle que le sanctuaire de Yasukuni est l’objet de tensions récurrentes entre Séoul et Tokyo, car il incarne pour les Coréens (comme pour les Chinois) le passé impérialiste nippon.

Corée du Nord : un nouveau tunnel d’essais nucléaires en construction

The Korea Herald – De récentes images satellite, commentées par le centre de recherche américain 38 North, montrent que la Corée du Nord serait en train d’excaver un quatrième tunnel dans le site d’essais nucléaires de Punggye-ri. Bien que les photographies ne montrent aucun signe d’essai nucléaire imminent, la construction d’un nouveau tunnel incarne la détermination de Pyongyang à ne pas abandonner sa politique de l’atome. Le Korea Herald rajoute que tous les essais nucléaires nord-coréens (2006, 2009 et 2013) ont été conduits sur ce même site.

Taïwan ouvre plus encore son marché du travail

Taipei Times, China Post et United Daily News – Très largement repris dans la presse sinophone et anglophone, la nouvelle suscite un débat à Taïwan : pour pallier le phénomène de la fuite des cerveaux et des talents qui frappe l’île depuis quelques années, le gouvernement taïwanais vient d’annoncer un train de mesures qui équivaut à ouvrir le marché du travail aux étrangers. Dorénavant, l’accès à l’emploi local pour les étrangers diplômés de l’université ne sera plus conditionné à des considérations salariales et de type de compétences, ou de chiffre d’affaires pour les employeurs. Ceux qui ne sont pas titulaires d’un diplôme universitaire pourront également négocier avec un employeur un contrat de travail et la durée autorisée de séjour pour le travail sera étendue de 9 à 12 ans.
Le gouvernement espère ainsi attirer 6 000 à 7 000 étrangers de plus par an, alors qu’entre 20 000 et 30 000 diplômés taïwanais partent travailler à l’étranger chaque année. La presse en langue chinoise s’interroge toutefois sur la stratégie du gouvernement : s’agit-il d’attirer des talents ou une nouvelle force de travail ? La question se pose à Taïwan où le niveau moyen de rémunération est en deçà de celui des pays de la région.

ASIE DU SUD

Inde : inondations à Chennai, impact du changement climatique et réseaux de solidarité

Times of India – Les pluies torrentielles qui s’abattent sur Chennai peuvent-elles être imputées au changement climatique ? Oui, selon le Times of India, mais il faut prendre le temps de l’expliquer. Le changement climatique n’influe pas sur les phénomènes météorologiques en tant que tels, mais sur leur probabilité et donc sur leur fréquence. C’est le cas des fortes pluies, dont le réchauffement climatique augmente la fréquence. Mais d’autres facteurs sont à prendre en compte pour expliquer les violentes inondations que connaît le Sud indien, notamment le phénomène El Niño particulièrement intense cette année.
De leur côté, les entreprises redoublent d’efforts pour faciliter les opérations de sauvetage, indique le Times of India dans un autre article. Alors que Facebook a déclenché son « safety check » aujourd’hui, les startups ne sont pas en reste : Paytm offre une recharge de 30 roupies pour les téléphones des résidents de Chennai par simple appel d’un numéro gratuit, Zomato permet de commander et d’offrir des repas aux sinistrés, Zoomcar a mis à disposition ses voitures (initialement destinées à la location pour les particuliers) au service des ambulanciers… C’est un véritable élan de solidarité qui traverse la région – et Quartz d’expliquer que ce sont les réseaux sociaux qui aident les victimes tandis que le gouvernement « patauge ».

Pakistan : Daech cible les médias du pays

Voice of America – Depuis plusieurs semaines, les organes de presse pakistanais subissent des attaques attribuées à Daech. Hier soir, c’est une chaîne de télévision dont les locaux se trouvent à Lahore qui a été visée par un jet de grenades faisant 4 blessés, rapporte Voice of America. Le mois dernier, une attaque similaire avait été perpétrée contre la chaîne Dunya News, et des pamphlets portant une revendication de l’opération terroriste par « l’Etat islamique, province Khorasan » (à cheval sur l’Afghanistan et le Pakistan) avaient été retrouvés. Voice of America rappelle que le Pakistan est l’un des pays les plus dangereux pour les journalistes, et que le gouvernement d’Islamabad y a longtemps sous-estimé la présence de Daech.

Bangladesh : l’interdiction de Facebook bientôt levée

Bdnews24 – Le ministre bangladais de l’Intérieur a déclaré que les internautes du pays pourront « très bientôt » accéder de nouveau à Facebook, bloqué depuis la mi-novembre à l’instar d’autres sites et applications de messagerie instantanée (Whatsapp et Viber, entre autres). Cette décision avait été prise suite à la multiplication d’attaques revendiquées par Daech dans le pays, alors même que le gouvernement de Dacca a toujours nié la présence du groupe terroriste sur son sol.
Par Alexandre Gandil, avec Sébastien Farcis à New Delhi et Victor Yu à Taipei.