Revue de presse Asie - 30 novembre 2015

Leaders asiatiques en force à la COP21, airpocalypse à Pékin et pêcheur vietnamien abattu dans les Spratleys

Xi Jinping est arrivé hier à Paris pour assister à la COP21. Copie d’écran du China Daily, le 30 novembre 2015.

COP21 : les leaders asiatiques en force

Chine : Xi Jinping à Paris pour “mettre la pression” sur les pays riches

China Daily – C’est la première fois qu’un président chinois participe à une conférence des Nations unies sur le climat. Xi Jinping est arrivé hier à Paris dans le cadre de la COP21, et le quotidien officiel China Daily ne manque pas de rappeler à quel point sa présence est cruciale. Soulignant que la Chine a été « le premier pays en développement à mettre en avant des objectifs de réduction des gaz à effet de serre », le journal indique que la position chinoise devrait être plus flexible que par le passé, afin de « maximiser les efforts » pour limiter la hausse des températures à 2 degrés d’ici la fin du siècle. Seule condition : la bonne volonté des pays développés, auxquels Xi Jinping demande des investissements et des transferts de technologies au profit des pays en développement.

Inde : le message de Modi aux pays développés

Times of India – Le quotidien indien reprend l’article que le Premier ministre Narendra Modi a publié dans le Financial Times à l’aube de la COP21. Ayant rappelé l’exposition de l’Inde au changement climatique et les engagements pris par New Delhi pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, Narendra Modi insiste plusieurs fois sur la nécessité de trouver un « accord global équilibré » respectant le principe des « responsabilités communes mais différenciées ». Selon lui, c’est aux pays développés de rendre les technologies vertes accessibles et abordables – mais il a également assuré la bonne volonté de la délégation indienne qui « jouera son rôle pour que la conférence de Paris soit un succès ».
Et justement, le site d’information Firstpost explique pourquoi l’Inde jouera les premiers rôles durant la COP21. En cause : l’ « exemplarité » de ses engagements, qui visent à la réduction de 33 à 35% de ses intensités d’émissions d’ici 2025 (par rapport à 2005) et à l’adoption d’un mix énergétique dont le renouvelable représentera 40% de la production nationale d’énergie.

Indonésie : Jokowi encore évasif sur ses engagements

Jakarta Post – Avec l’épisode des feux de forêts particulièrement intenses cette année, les regards sont braqués sur l’Indonésie à l’ouverture de la COP21. Le Président Jokowi, arrivé aujourd’hui à Paris, reste pourtant évasif sur ses engagements et n’offre aucune information concrète – si ce n’est la promesse de remettre en état les tourbières et revoir certains permis d’exploitations et moratoires attribués depuis longtemps. A l’instar de la plupart des pays en développement, l’Indonésie insiste sur la nécessité de respecter le principe de « responsabilités communes mais différenciées ».
Ces discours peu engageants n’empêchent pas Jokowi de mener une intense activité diplomatique à Paris, rapporte le Jakarta Post dans un autre article. Au programme : le sommet des chefs d’Etat de la COP21, bien sûr, mais aussi des rencontres bilatérales avec les Pays-Bas, la Norvège, la Serbie et la Russie. Et en dehors de la COP21, le président indonésien doit également rencontrer son homologue péruvien et participer à deux rencontres multilatérales – l’une sur les énergies renouvelables, l’autre sur les forêts et le changement climatique.

Asie du Nord-Est

Chine : airpocalypse à Pékin

South China Morning Post – Mauvais timing. La veille de l’ouverture de la COP21, Pékin a émis ce dimanche son alerte pollution la plus forte depuis le début de l’année. La capitale est plongée dans un épais brouillard dont la concentration en particules files (PM 2.5) est 21 fois supérieure aux limites recommandées par l’OMS. Et la situation devrait persister jusqu’à mercredi en raison des conditions climatiques : l’humidité et l’absence de vent favorisent la stagnation du brouillard. Les conditions devraient s’améliorer à partir de mercredi, indique le South China Morning Post.

Japon : reprise de la chasse à la baleine

Japan Times – En annonçant l’envoi de baleiniers en Antarctique à partir de demain mardi 1er décembre, le Japon brave l’interdiction de la Cour internationale de Justice qui, l’année dernière, estimait que l’archipel menait une chasse commerciale sous couvert d’activités scientifiques. Mais comme l’indique le Japan Times, le gouvernement nippon n’a jamais caché que les baleines capturées et tuées étaient transformées en nourriture. Le quotidien rappelle que la chasse à la baleine fait partie des traditions japonaises et que le rythme de pêche adopté par l’archipel est considéré comme « durable ».

Taïwan: scandale alimentaire, le patron de Ting Hsin International est acquitté

China Post – La décision de justice annoncée samedi à provoqué une vive émotion. L’ex-propriétaire du groupe Ting Hsin International, soupçonné d’avoir commercialisé de la graisse de porc et de boeuf impropre à la consommation humaine d’après le Taipei Times, a été acquitté par la Cour du discrict de Changhua (à l’ouest de l’île). Ce qui a provoqué un rare moment d’unité nationale, commente le China Post, puisque l’ensemble des candidats aux élections présidentielles et législatives de janvier ont demandé à faire appel.

Asie du Sud-Est

Thaïlande : scandale du parc historique, les “chemises rouges” bloquées

Prachatai – Le scandale de corruption qui entache la construction du parc historique Rajabhakti continue de faire des émules. Désormais, ce sont deux leaders des chemises rouges et figures de proue de l’UDD (United Front for Democracy Against Dictatorship), hostile à la junte, qui ont été interdites d’accès au parc. Pour Nattawut Saikua, qui n’a pu pénétrer dans le parc, ces manoeuvres de l’armée ne font que jeter de l’huile sur le feu : « S’ils n’ont rien à se cacher, pourquoi se comportent-ils comme ça ? »

Vietnam : meurtre mystérieux d’un pêcheur à côté des îles Spratleys

Tuoi Tre – L’affaire remonte au 26 novembre mais n’a été communiquée à la presse que ce dimanche. Un bâteau de pêche vietnamien a été attaqué par un groupe de cinq individus de nationalité inconnue alors qu’il stationnait au large des îles Spratleys, en mer de Chine méridionale – également appelée mer de l’Est par le Vietnam. L’un des membres de l’équipage vietnamien a été abattu avant que les assaillants ne repartent sur leur propre bateau. C’est la première fois qu’un incident de cette gravité intervient dans la zone, indique le quotidien Tuoi Tre. Le ministère vietnamien de la Défense a annoncé l’ouverture d’une enquête. Au coeur d’un intense conflit de souveraineté, l’archipel des Spratleys est un important foyer de tensions en Asie du Sud-Est : il est revendiqué entièrement par la Chine, Taïwan et le Vietnam, et en partie par les Philippines, Brunei et la Malaisie.

Asie du Sud

Pakistan : Blackberry quitte le pays

Live Mint – C’est terminé. Blackberry cesse aujourd’hui ses activités au Pakistan. La raison ? L’entreprise souhaite protéger les données de ses clients – ce sur quoi elle a fondé son image de marque. Les services secrets pakistanais lui auraient en effet exigé d’avoir accès au contenu des messages échangés via ses serveurs.

Maldives : l’opposition se regroupe pour une nouvelle nuit de manifestation

Asian Correspondent avec AP – Ils n’en démordront pas. Les manifestants de l’opposition maldivienne se réuniront pour une seconde nuit de protestations, après avoir été dispersés par la police hier soir. Ils exigent que l’actuel Président Abdulla Yameen mette fin à la « vendetta politique » qu’il mène depuis son accession au pouvoir en 2013. Et pour ce faire, ils demandent la libération de l’ancien président Mohamed Nasheed, de l’ancien ministre de la Défense Mahomaed Nazim et du leader de l’opposition Sheik Imran Abdulla, de même que l’arrêt des poursuites judiciaires contre 1 700 opposants politiques. L’arrivée au pouvoir d’Abdulla Yameen en 2013 a de nouveau fait entrer les Maldives dans une dynamique autoritaire, cinq ans après sa démocratisation.
Par Joris Zylberman et Alexandre Gandil, avec Victor Yu à Taipei, Anda Djoehana Wiradikarta et Clea Chakraverty à Paris