Revue de Presse Asie – 6 novembre 2015

La Chine face au TPP, les Rohingya dans les élections birmanes et le Pakistan gère ses migrants illégaux en Europe

La Chine victime désignée du Le Partenariat transpacifique de Barack Obama ? Copie d’écran du South China Morning Post, le 6 novembre 2015.

ASIE DU NORD-EST

La Chine serait-elle la victime désignée du TPP ?

South China Morning Post – Le quotidien hongkongais revient sur l’impact géopolitique de l’Accord de Partenariat transpacifique (TPP), traité multilatéral de libre-échange signé il y a un mois. Mené par les Etats-Unis, il regroupe le Japon, le Canada, le Mexique, le Chili, le Pérou, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Singapour, Brunei, le Vietnam et la Malaisie. En excluant la Chine de cet ensemble économique énorme (40 % du PIB mondial et 793 millions de consommateurs), le TPP incarne parfaitement la stratégie du pivot américain vers l’Asie : « contenir la puissance chinoise » plutôt que « développer les économies des Etats concernés », selon le South China Morning Post.

Japon: le Zen en voie de disparition

The Guardian – D’ici à 25 ans, près d’un temple bouddhiste zen sur trois devrait fermer au Japon, soit exactement 27 000 sur 77 000, révèle le Guardian dans un reportage ce matin. Le bouddhisme japonais, introduit au VIe siècle depuis la Corée, est en crise existentielle. D’après l’article, les temples souffrent d’un manque de financement et leurs moines n’arrivent plus à vivre correctement des dons. Plus de 12 000 temples n’auraient d’ailleurs plus de prêtre résident, selon un étude récente du quotidien nippon Asahi Shimbun.

Japon : vers une reconnaissance officielle de l’union homosexuelle

Asia Times – Hier jeudi 5 novembre, le représentant du district de Shibuya, à Tokyo a officiellement remis des certificats de « partenariats » à un couple de jeunes femmes et d’autres couples homosexuels. C’est une première au Japon, qui ne reconnaît pas officiellement aux homosexuels de droits conjugaux au même titre que les couples hétérosexuels (droit foncier, héritage, reconnaissance par la famille…). Le certificat donné ce jeudi n’a qu’une valeur symbolique mais pour les jeunes femmes interviewées par la presse locale, il s’agit d’une grande avancée vers plus de tolérance. Le maire du district de Setagaya a déclaré qu’il remettrait lui aussi des certificats similaires. Quelques entreprises ont déjà étendus leurs services aux partenaires de même sexe comme Lifenet Insurance, qui a annoncé des mesures spécifiques dans ses contrats d’assurances ce mercredi.

Taiwan: tuerie sur moquette de bureaux pour un héritage

Taipei Times – A la une du Taipei Times, la mort par balles hier jeudi matin de trois des six frères de la famille Huang, une puissante famille de Taipei dont la seule fortune immobilière est évaluée à 3,06 milliards de dollars et qui possède le grand centre commercial Miramar Shopping Mall. Selon des sources policières, les six frères étaient en réunion de travail dans les bureaux de Mayfull Food Corp, l’entreprise familiale, qui a pignon sur rue, dans les beaux quartiers de l’arrondissement de Neihu, dans le nord de la capitale taïwanaise. C’est lorsque les questions d’héritage sont venues perturber les échanges feutrés sur la bonne santé financière de leur empire, que le plus jeune des six frères, âgé de 50 ans, a logé une balle dans la tête de deux autres, pour ensuite retourner l’arme contre lui et se tuer, depuis la terrasse du septième étage où il était monté.

Corées: un bureau commun pour faciliter les échanges

The Korean Herald – La présidente sud-coréenne Park Geun-hye a proposé jeudi après midi d’établir un bureau commun avec la Corée du Nord afin de superviser et gérer les échanges entre les deux pays, suite aux premières négociations d’ouvertures obtenues cet été. « Il est nécessaire d’étendre le soutien au niveau gouvernemental », a t-elle déclaré durant une réunion du comité de préparation à l’unification. Ce bureau pourrait ainsi servir à étendre la coopération aux secteurs de la santé, des aides sociales, du management de crise, de ressources et de sécurité. Selon le gouvernement et les experts, ce processus d’ouverture par l’économie domestique serait plus profitable et positif que d’attendre la fin du régime de Kim Jong-un.

ASIE DU SUD-EST

Indonésie: les étudiants découragés par leur ambassade de se rendre à la Haye

The Jakarta Post – L’ambassade d’Indonésie aux Pays-Bas demande à ses ressortissants étudiants de ne pas se rendre au « Tribunal populaire international pour 1965 » (IPT 1965), qui tiendra audience du 10 au 13 novembre prochains à La Haye pour juger des massacres anticommunistes perpétrés en 1965-66. D’après le Jakarta Post, l’ambassade aurait menacé les étudiants de supprimer leurs bourses d’études s’ils se rendaient au Tribunal. Ce jugement revient sur les événements du 1er octobre 1965, lorsqu’environ 500 000 Indonésiens accusés d’être des membres du parti communiste ont été tués, et des centaines de milliers d’autres détenus sans procès ou exilés (lire notre article).

Birmanie: un petit parti pour défendre les Rohingyas

Asia Sentinel – Seul un parti a pris la défense de l’ethnie muslmane apatride des Rohingyas afin de les représenter officiellement aux élections du 8 novembre. Il s’agit du minuscule Democracy and Human Rights Party (DHRP), qui n’a pas le droit d’utiliser le terme Rohingya. Mais la campagne n’est pas de tout repos, avec, déjà le 2 novembre une manifestation dans l’état d’Arakan contre le candidat du DHRP. 16 des 19 candidats de ce petit parti ont été rejetés après que l’Etat leur eut retiré leur « papier blanc » (seul document officiel pour la minorité) et soient devenus apatrides, étant Rohingyas. Les trois autres candidats sont musulmans mais de l’ethnie Bamar et peuvent ainsi participer aux élections. Les réunions du parti sont tenues à portes fermées par peur des représailles de groupes extrémistes comme les moines du Ma Ba Tha et la campagne se fait en porte-à-porte.

ASEAN : les élections birmanes reflètent les dilemmes régionaux

Bangkok Post – Si les élections de dimanche en Birmanie débouchent sur un compromis qui permet au pays d’aller de l’avant, l’effet sera bénéfique pour une Association des Nations d’Asie du Sud-Est qui semble bien peu en forme, estime Thitinan Pongsudhirak dans une chronique publiée par le Bangkok Post. Le résultat n’est pas acquis, car beaucoup dépend de l’attitude qu’adoptera Aung San Suu Kyi après la victoire probable de son parti. Avec la Thaïlande et la Malaisie empêtrées dans des crises politiques, l’Indonésie moins impliquée et Singapour sur la réserve, une issue constructive en Birmanie paraît être une condition sine qua non pour redorer un peu le blason terni avant la lettre de la Communauté de l’ASEAN.

ASIE DU SUD

Inde : le Cachemire frileux à la visite de Modi

The Hindu – Alors que le Premier ministre indien Narendra Modi prépare sa visite demain dans l’Etat de Jammu et Cachemire, la population le boude et les tensions sont palpables. Parmi les complaintes à l’encontre du gouvernement, les victimes des catastrophes naturelles de 2014, qui n’ont toujours pas reçu les compensations promises par l’Etat. La population affirme aussi que l’attitude des forces de l’ordre s’est durcie depuis l’arrivée au pouvoir de Narendra Modi, avec notamment, une escalade des violences aux frontières. Depuis jeudi, en amont de la visite ministérielle, le nombre d’arrestations a grimpé, ainsi que les détentions préventives et intimidations militaires à l’encontre de la population et sur les espaces publics. La Kashmir University a décidé d’annuler les examens aujourd’hui et demain afin de permettre aux étudiants de soutenir une campagne de protestation planifée par l’oposant au gouvernement Syed Ali Geelani.

Les Maldives en état d’urgence : raid dans une télévision privée

Maldives Independent et BBC – Dans la nuit de jeudi à vendredi, la police a effectué un raid au sein des bureaux de la télévision privée Sangu TV, arrêtant la diffusion et confisquant disques durs, archives et équipements. Cette descente ferait suite à un message Youtube menaçant le président des Maldives et des officiels d’une attaque terroriste. Suite à l’attentat raté contre le président (le 28 septembre dernier), l’état d’urgence a été déclaré et voté au Parlement ce mercredi, et plusieurs actions ont été prises à l’encontre des membres de l’opposition. L’un d’eux est actionnaire de Sangu TV et proche du vice-président Ahmed Adeeb, lui-même emprisonné ce jeudi, accusé d’avoir participé à l’attentat contre le président. C’est la seconde fois en six mois que le VP est mis en accusation et démis de ses fonctions, rappelle la BBC. L’état d’urgence, invoqué pour terrorisme, qui donne plein pouvoir au gouvernement et aux forces de l’ordre, a suscité l’inquiétude de la communauté internationale.

Afghanistan: Kaboul achète ses hélicopères en Inde

Dawn – L’Afghanistan pourrait acquérir quatre hélicoptères d’assaut indiens afin de lutter contre la menace croissante des Taliban. Le conseiller à la sécurité nationale afghane, Mohammad Hanif Atmar est attendu à New Delhi ce weekend afin de finaliser le transfert des Mi-25, hélicoptères de manufacture russe, au grand dam du Pakistan, partenaire privilégié de l’Afghanistan.

Le Pakistan va récupérer ses migrants illégaux en Europe

Dawn – Islamabad s’est déclaré prêt à récupérer ses citoyens ayant illégalement migré au sein de l’Union Européenne. Une coopération bilatérale entre le Pakistan et l’UE permettrait le retour et la réadmission des citoyens pakistanais afin d’alléger les flux massifs de migrants arrivés en Europe. Le Conseil de l’UE avait annoncé en octobre la création d’un “Bureau des Retours” afin de faciliter le transfert des migrants illégaux.

La rédaction d’Asialyst