Revue de Presse Asie – 16 octobre 2015

Taïwan dans les Spratleys, Malaisie sans Johor et Sri Lanka à l’écoute des Tamouls

Dans les Spratleys (mer de Chine du Sud), Taïwan vient de rénover la piste d’atterrissage de l’îlot de Taiping (ou Itu Iba). Copie d’écran du South China Morning Post, le 16 octobre 2015.
Dans les Spratleys (mer de Chine du Sud), Taïwan vient de rénover la piste d’atterrissage de l’îlot de Taiping (ou Itu Iba). Copie d’écran du South China Morning Post, le 16 octobre 2015.

ASIE DU NORD-EST

Chine – Corée du Nord : ouverture discrète d’une zone franche à la frontière

The Chosun Ilbo – Des centaines de drapeaux chinois et nord-coréens flottent au-dessus de rues vides, bordées de magasins sans clients. A Dandong (province chinoise du Liaoning), l’ouverture de la première zone franche sino-nord-coréenne s’est faite discrètement – un peu trop, même. Il faut dire que les Nord-Coréens ne sont pas encore autorisés à s’y rendre librement, et encore moins à y ouvrir de commerce… Alors, quel intérêt ? Pour The Chosun Ilbo, il s’agit d’une « carotte » tendue par les autorités de Pékin à celles de Pyongyang, pour les inciter à ouvrir l’économie du régime. Preuve du potentiel de cette zone franche : la « foire économique, commerciale, culturelle et touristique » sino-nord-coréenne ouverte le même jour à Dandong a attiré de nombreux visiteurs, et une centaine de stands y sont tenus par 400 Nord-Coréens.

Le Japon revient au Conseil de Sécurité pour la 11e fois et bat un record

Japan Times – Pour la première fois depuis 5 ans et pour la 11e fois depuis 1945 (un record), le Japon occupera un siège non-permanent au Conseil de Sécurité des Nations unies. Une nouvelle reçue très favorablement par le ministère nippon des Affaires étrangères, qui y voit l’occasion pour le Japon d’augmenter sa visibilité sur la scène internationale. Le gouvernement de Tokyo lutte activement en faveur d’une réforme du Conseil de Sécurité aux côtés de Berlin, Brasilia et New Delhi. Chacun souhaite obtenir le statut de membre permanent. Parmi les priorités nippones, le Japan Times cite la question des droits de l’Homme en Corée du Nord : le gouvernement japonais souhaiterait faire la lumière sur les enlèvements de ses ressortissants opérés par Pyongyang au tournant des années 1980.

Taïwan aussi construit en mer de Chine du Sud

South China Morning Post avec Kyodo – L’actualité fait la part belle aux constructions de Pékin en mer de Chine du Sud, mais Taïwan n’est pas en reste. Le gouvernement de Taipei a ainsi annoncé avoir rénové une piste d’atterrissage et construit un phare sur une île qu’il contrôle dans l’archipel des Spratleys : l’île de Taiping (太平島), également appelée Itu Iba. Officiellement, ces travaux ont été réalisés pour faciliter les opérations humanitaires dans la région et sécuriser le commerce maritime. Mais les observateurs internationaux ont noté que la piste rénovée pouvait servir au décollage et à l’atterrissage d’avions de chasse F-16 et d’avions de surveillance anti-sous-marine P-3C.

ASIE DU SUD-EST

Birmanie : la bataille des îles Coco sur la transparence des élections

Japan Times avec Reuters – C’est la plus petite circonscription parlementaire de Birmanie : un archipel de 18 km² peuplé par 1900 habitants, à 300 km au large des côtes. Et pourtant : malgré leur apparente insignifiance, les îles Coco pourraient bien envoyer un signal important sur les élections du 8 novembre. Win Min, le candidat investi par la Ligue nationale pour la Démocratie (LND) pour ces îles, estime que le gouvernement l’empêche de se rendre dans la circonscription. En effet, parce qu’il abrite une base navale, l’archipel est uniquement desservi par bâteau et avion militaires. Les allers et venues sont donc soumis au bon vouloir des autorités, et Win Min se serait vu refusé l’accès aux îles Coco par trois fois. De telles déclarations font ainsi planer le doute sur le bon déroulement des élections du mois prochain, que le gouvernement central de Naypyidaw veut « libres » et « transparentes »… De son côté, Win Min a décidé d’aller sur les îles Coco par ses propres moyens, ce que les autorités ont accepté.

Indonésie : le programme de service national maintenu malgré les critiques

The Jakarta Post – Il devra permettre de former 100 millions d’Indonésiens en 10 ans. Le programme de service national, dont la première étape sera lancée par le président Jokowi le lundi 19 octobre, ne s’apparente pas à un service militaire traditionnel. Les citoyens de moins de 50 ans « forts et en bonne santé » ne suivront donc pas d’entraînement militaire, mais devront assister à des cours dispensés par l’armée sur « les concepts nationaux, le nationalisme et la discipline ». L’organisation de protection des droits de l’Homme Setara y voit trois inconvénients : le coût pour les contribuables, l’ombre de l’ancienne dictature militaire, et une mauvaise distribution des efforts gouvernementaux (qui devraient plutôt être focalisés sur l’éducation).

Malaisie : face au scandale 1MDB, les princes de Johor évoquent la sécession

The Straits Times – Les Etats malaisiens ne sont pas tous solidaires face à l’instabilité politique et économique du pouvoir central. Tunku Ismail Ibrahim, prince de Johor (à l’extrême sud de la péninsule malaisienne, face à Singapour), a ainsi exprimé lors d’une interview que son Etat pouvait faire sécession si Kuala Lumpur ne respectait pas les conditions qu’il avait imposées pour intégrer la Fédération de Malaisie, en 1946. Une solution qu’il envisagera lorsqu’il deviendra sultan de Johor, afin de « faire primer les intérêts de [son] peuple sur ceux la Malaisie ». Il y a quelques semaines, son frère avait déjà créé la polémique en envisageant l’indépendance de Johor dans un message posté sur Instagram.

ASIE DU SUD

Les Indiens musulmans doivent-ils arrêter de manger du boeuf ?

The Indian Express – Malgré les efforts du Premier ministre indien Narendra Modi pour calmer la situation, le meutre d’un musulman qui aurait consommé du boeuf continue de faire des remoux. Et cela pourrait bien entacher l’image du BJP, le parti nationaliste hindou au pouvoir. Le ministre en chef du Haryana, Etat du nord de l’Inde frontalier avec l’Uttar Pradesh (où s’est déroulé le meurtre), a ainsi déclaré au quotidien The Indian Express que « les musulmans peuvent rester [en Inde], mais dans ce pays ils doivent arrêter de manger du boeuf ». Bien que les membres du gouvernement local tentent d’étouffer l’affaire, les propos ont été enregistrés par le journaliste et diffusés dans une vidéo.

Pakistan : les liens entre Islamabad et les Taliban ont-ils motivé le bombardement américain de Kunduz ?

Dawn – Le bombardement américain de l’hôpital de Médecins Sans Frontières à Kunduz ne serait pas lié à une erreur. C’est en tout cas ce que révèle le quotidien pakistanais Dawn, qui se fonde sur une dépêche d’Associated Press. Des experts du Pentagone auraient rassemblé plusieurs éléments selon lesquels des membres des services secrets pakistanais auraient utilisé l’hôpital comme centre de coordination des activités talibanes. Le bombardement de la cible aurait ainsi été décidé lorsque les Taliban ont pris la ville de Kunduz, dans le but de la reconquérir. Pour l’instant, le Pentagone n’a fait aucun commentaire sur ces révélations.

Sri Lanka : le gouvernement promet de traiter la question des prisonniers tamouls

NDTV – Comme il l’avait promis, le gouvernement sri-lankais continue de tracer son chemin vers l’unité nationale. Alors qu’ils sont entrés en grève de la faim lundi, 200 prisonniers tamouls suspectés de liens avec les Tigres Tamouls (groupe considéré comme terroriste et acteur de la guerre civile achevée en 2009) ont reçu la visite du ministre de la Justice Wijayadasa Rajapakshe. Ce dernier leur a promis que leur cas serait traité le plus rapidement possible. Cela fait plusieurs années qu’ils sont en prison, en attente de leur jugement.

Par Alexandre Gandil avec Anda Djoehana Wiradikarta