Revue de presse insolite – septembre 2015

La face B de l’actu asiatique

Jia jia le panda subit une échographie au zoo de Singapour (copie d’écran de Mothership.sg, le 23 septembre 2015).
Jia jia le panda subit une échographie au zoo de Singapour (copie d’écran de Mothership.sg, le 23 septembre 2015).

NATURE ET URBANISME

Singapour : la lutte du couple de pandas Kai kai et Jia jia pour avoir un bébé

Mothership.sg – C’était un faux espoir. Alors qu’au zoo de Singapour, le panda Jia jia semblait montrer des signes évidents de grossesse – consommation de bambou en baisse et sommeil prolongé – les analyses ont fini par montrer qu’elle n’était pas enceinte… Et pourtant, ce n’est pas faute d’efforts de la part de l’équipe animalière : Jia jia avait subi, au mois d’avril, une insémination artificielle car elle n’avait pu avoir d’enfant de manière naturelle avec Kai kai, son panda de mari… Il faut dire que les conditions à réunir sont drastiques : les pandas sont fertiles pendant 16 ans et ne copulent que sur une période de 2 ou 3 jours (entre mars et mai) chaque année.
Pour se remettre de la nouvelle et en espérant une grossesse non nerveuse l’année prochaine, le zoo de Singapour propose de revivre l’histoire d’amour entre Jia jia et Kai kai en vidéo.

Inde : des cartes d’identité pour les arbres du West Bengal

The Times of India – Des cocotiers, des tamariniers, des figuiers et des margousiers : au total, ce sont 3000 arbres de 28 espèces différentes qui ont reçu leur carte d’identité dans la municipalité de Konnagar, en banlieue de Calcutta. Objectif pour le chef de la municipalité : faire prendre conscience du rôle des arbres dans le combat contre le changement climatique. Les cartes, qui présentent de nombreuses informations telles que le nom, l’emplacement, la densité et la quantité de gaz carbonique absorbé par les arbres, sont accrochées autour de leur tronc. Pratique pour les contrôles d’identité.

Hongkong : 135 ans de skyline en 1 minute

Coconuts Hongkong – Le site d’information Coconuts Hongkong reprend la vidéo du youtubeur The Lazy Adventurer, qui compile des photos du port Victoria de 1880 à nos jours. Au fil des décennies, les jonques continuent de naviguer dans une baie de plus en plus bétonnée et densément peuplée, à l’ombre du pic Victoria. Le tout sur l’intemporelle Petite musique de nuit de Mozart.

RITUELS ET CROYANCES

Chine : derrière la quête d’esthétisme, les vraies motivations des pieds bandés

Copie d’écran du Post Magazine, le 6 septembre 2015.
Copie d’écran du Post Magazine, le 6 septembre 2015.
Post Magazine – Pour les Occidentaux, les « pieds bandés » représentent l’un des clichés les plus vivaces et les plus exotiques de la Chine pré-communiste. Pourtant, les dessous de cette pratique leur restent largement méconnus, indique le Post Magazine. Car outre la recherche d’esthétisme, la démarche chaloupée adoptée par les jeunes femmes devait surtout leur permettre d’affermir leurs cuisses et leur périnée… Le tout procurant à leur mari plus de plaisir lors de l’acte sexuel. Une pratique que les internautes, d’après leurs commentaires, voient resurgir à travers le port de hauts talons aujourd’hui.

Corée du Nord : ces morts qui reviennent à la vie

NK News – Les cas de « résurrection » en Corée du Nord seraient plus fréquents qu’on le pense. Décrivant les rituels funéraires opérés dans le « Royaume ermite », le site d’information NK News détaille les précautions prises par les familles en cas de diagnostic erroné. La qualité insuffisante des soins médicaux et l’absence de pompes funèbres incite en effet les Nord-Coréens à respecter un délai de trois jours entre la constatation du décès et l’enterrement (ou la crémation). Durant cette période, le défunt repose chez lui, sur le couvercle de son cercueil. Ce qui lui permettra, s’il se réveille, de manifester sa présence… Et de rattraper au plus vite les heures de culte perdues à la dynastie Kim.

Malaisie : forces paranormales et disparitions d’enfants aborigènes

Copie d’écran du Malay Mail Online, le 7 septembre 2015.
Copie d’écran du Malay Mail Online, le 7 septembre 2015.
Malay Mail Online – La police malaisienne piétine dans l’affaire des 7 enfants aborigènes disparus fin août, sans laisser de trace, au nord de la péninsule. Un mystère que le Dr. Mahyudin Ismail, directeur du Centre islamique de l’Universiti Malaysia Pahang, n’hésite pas à qualifier de phénomène paranormal. Il explique : « C’est un test d’Allah destiné aux hommes, pour déterminer à quel point ils croient en lui ». L’académique y voit en effet l’œuvre de « démons » ou de « djinns » (créatures surnaturelles selon l’Islam), présents dans les lieux reculés. Pas très rassurant pour les parents, qui préfèrent croire que leurs enfants se sont tout simplement perdus dans la jungle.

JEUNESSE ET DECADENCE

Chine : un camp de redressement pour les accros au smartphone

Copie d’écran du compte twitter de l’agence Xinhua, le 18 septembre 2015.
Copie d’écran du compte twitter de l’agence Xinhua, le 18 septembre 2015.
The Telegraph – En Chine, on ne plaisante pas avec l’éducation. Et parce que les parents s’inquiètent de l’avenir de leur enfant unique, un camp de redressement destiné aux ados accros au smartphone a ouvert ses portes à Shenyang, dans la province du Liaoning (au nord-est du pays). Au programme, des exercices dont l’utilité reste encore à déterminer, tels que tenir son téléphone sur la tête ou entre les dents… Situation incongrue qui vaudrait bien un selfie, quelques commentaires et une poignée de « like ».

Inde : il démissionne pour tenter le record du monde de selfies

Copie d’écran du Times of India, le 6 septembre 2015.
Copie d’écran du Times of India, le 6 septembre 2015.
Times of India – Et en voilà un qui devrait peut-être faire un petit tour à Shenyang. Bhanu Prakash Racha, un jeune Indien de 24 ans habitant Hyderabad, a décidé de quitter son poste d’assistant de recherche à l’hôpital de la ville pour se consacrer… aux selfies. « Je travaillais de 10 heures à 18 heures, confie-t-il, ce qui ne me laissait pas beaucoup de temps pour m’entraîner. » Il souhaite en effet battre le record du monde du plus grand nombre de selfies pris en 1 heure, estimant pouvoir atteindre 1800 photos. Le plus important, ce sont « les mains » et « les poignets », continue Bhanu. Pour le cerveau, on repassera.

Indonésie : il est 21 heures, on rompt ou on se marie ?

The Jakarta Post – Pour combattre les grossesses non-désirées, on peut par exemple sensibiliser les jeunes aux moyens de contraception. Ou leur interdire de se voir après 21 heures, sous peine de devoir rompre ou se marier. C’est la méthode drastique adoptée à Purwakarta, à l’est de Java, en Indonésie. Le chef des autorités locales s’explique au Jakarta post : « 21 heures, c’est déjà l’heure d’aller se reposer ! » Implacable. Le quotidien indonésien explique néanmoins que dans la région, le taux de mortalité maternelle est deux fois plus élevé que la moyenne nationale – des chiffres justement imputés aux grossesses adolescentes.

La rédaction d’Asialyst