Revue de presse Asie - 31 août 2015

Boucs-émissaires chinois, suspecte voilée dans l’attentat de Bangkok et aveux des Talibans afghans

Copie d’écran du Bangkok Post, le 31 août 2015
Copie d’écran du Bangkok Post, le 31 août 2015.

ASIE DU NORD-EST

Chine : arrestations en chaîne pour « fausses rumeurs » sur la crise boursière et les explosions de Tianjin

Xinhua – Suite à la crise financière et aux explosions de Tianjin, le pouvoir chinois cherche des boucs-émissaires. Parmi les dernières inculpations, l’agence de presse Xinhua cite quatre cadres supérieurs de Citic Securities, la plus grande société chinoise de courtage en valeurs mobilières, et un officiel de la Commission nationale de Régulation des Marchés financiers, Liu Shufan. Tous les cinq ont été placés en détention pour délits d’initié. Un journaliste du Caijing Magazine, Wang Xiaolu, a également été arrêté et forcé de s’excuser publiquement pour avoir publié de fausses informations, fondées sur des « rumeurs » et des « opinions personnelles ». Le tout ayant soi-disant contribué à la déstabilisation du marché.
L’arrestation de Wang Xiaolu fait monter à 197 le nombre persones détenues pour avoir « colporté des rumeurs » sur la crise financière et les explosions de Tianjin, indique le China Digital Times. Face à l’absence d’informations officielles fiables, les citoyens chinois ont tendance à se renseigner sur internet où la censure n’est pas immédiate. Ainsi, le ministère de la Sécurité publique a récemment annoncé que 165 comptes avaient été fermés sur les réseaux sociaux.

Taïwan : le président honoraire du KMT au défilé militaire de Pékin, le tollé continue

China Times – C’est la principale polémique entretenue par l’ensemble de la presse taïwanaise depuis ce week-end : Lien Chan, président honoraire du KMT, a décidé de se rendre en Chine continentale pour assister aux commémorations du 70e anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale. Ce hiérarque de la République de Chine est aussi riche homme d’affaires, candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2000 et 2004, ancien vice-président de la République, ancien Premier ministre ou encore ancien ministre des Affaires étrangères. L’actuel chef de l’Etat Ma Ying-jeou a pourtant clairement signifié que cette visite était « inappropriée », et plusieurs poids-lourds du KMT s’y sont opposés en privé, craignant pour leur siège (les élections législatives auront lieu à la fin du mois de janvier 2016). Lien Chan a quand même maintenu son déplacement.
Chang Jung-kung, son secrétaire particulier, ancien secrétaire général du KMT, a qualifié sa démarche de « courageuse et brave ». Selon Chang, ce déplacement a pour but de faire parvenir un certain nombre de messages à la Chine sur le rôle de la République de Chine dans la victoire contre le Japon impérial. Un rôle souvent largement ignoré dans l’historiographie de la République populaire de Chine qui s’arroge l’essentiel de l’effort de guerre dans ce second conflit sino-japonais (voir l’United Daily News en langue chinoise). Tsai Ing-wen, la candidate de l’opposition à l’élection présidentielle, qui doit avoir lieu le même jour que les élections législatives, a réagi en déclarant que Lien Chan « envoyait le mauvais message à la communauté internationale » alors que Pékin menaçait toujours Taiwan d’une invasion militaire. A Pékin au contraire, on se frotte les mains : le bureau des Affaires taïwanaises, l’organe de rang ministériel en charge de la mise en application de la politique de réunification, s’est félicité de la démarche de Lien Chan.

Japon : la production manufacturière en baisse

Economic Times avec Reuters – Une demande chinoise en baisse et une consommation intérieure en berne : voilà ce qui explique le déclin de la production manufacturière japonaise au mois de juillet (-0,6%). Des résultats inférieurs aux attentes du gouvernement, qui tablait sur une légère hausse de 0,1%. Cela fait trois mois que l’activité économique japonaise régresse, note The Economic Times avec Reuters : de quoi faire planer le doute sur l’efficacité des fameux « Abenomics », les réformes entreprises par le Premier ministre Shinzo Abe pour stimuler la croissance.

ASIE DU SUD-EST

Bangkok: une femme voilée parmi les deux nouveaux suspects de l’attentat

The Bangkok Post – Après l’arrestation ce week-end d’un premier individu, la police thailandaise a diffusé le portrait de deux nouveaux suspects en lien avec l’attentat du 17 août à Bangkok. Parmi eux, une femme voilée de 26 ans dont la chambre louée au Maimuna Garden Home a révélé des traces d’engrais à base d’urée, le reste d’un véhicule télécommandé dont les composants ont pu servir à construire un détonnateur, et des boulons pouvant faire office de projectiles. La seconde personne recherchée est un homme sur lequel aucune information n’a été livrée, indique le Bangkok Post. Le gouvernement thaïlandais a par ailleurs demandé aux medias nationaux d’être « plus prudents » lorsqu’ils traitent de l’enquête, afin de ne pas favoriser la « confusion » au sein de la population.

Indonésie : Joko Widodo retire une nouvelle loi liberticide pour la presse

The Jakarta Post – L’annonce a été saluée par l’Alliance indonésienne des Journalistes indépendants (AJI). Le président Jokowi a décidé de retirer une nouvelle loi permettant de surveiller les journalistes étrangers présents sur le sol indonésien. Plusieurs manifestations s’étaient récemment déroulées contre cette loi imposant aux reporters étrangers de s’enregistrer auprès des autorités locales et de livrer des informations sur leur mission aux services de renseignement.

Malaisie : Najib refuse de démissionner après les manifestations monstre du weekend

Free Malaysia Today – Les manifestations malaisiennes se suivent et ne se ressemblent pas. Les 200 000 personnes descendues dans la rue ce week-end pour demander la démission du Premier ministre Najib Razak, embourbé dans un scandale de corruption, ont laissé leur place ce lundi 31 août aux célébrations des 58 ans de l’indépendance du pays. L’occasion pour une certaine partie de la population d’exprimer son soutien au gouvernement actuel. Le media Free Malaysia Today analyse cet affrontement de manifestations en termes ethniques : si la communauté malaise, ethnie majoritaire du pays, soutient le gouvernement actuel, la communauté chinoise (25 % de la population) s’est largement déplacée ce week-end.

Birmanie : le premier salaire minimum ne résout pas les soucis des travailleurs

Myanmar Times – Après deux ans de négociations et de manifestations, le premier salaire minimum fixé par le gouvernement birman est loin de faire l’unanimité. Le Myanmar Times met en avant les inquiétudes planant sur l’industrie du vêtement. Si les grandes marques telles que GAP ou H&M se sont prononcées en faveur de cette réforme, les patrons d’usine et les travailleurs sont beaucoup moins enthousiastes. Les salaires des ouvriers les moins qualifiés devront en effet être multipliés par 4 ou par 5 : cela augure des licenciements massifs et une dégradation des conditions de travail, liée à une cadence et un niveau d’exigence plus élevés.

ASIE DU SUD

Inde : le jeûne jusqu’à la mort de nouveau autorisé au Rajasthan

The Hindustan Times – En Inde, les traditions religieuses se heurtent parfois à la protection des droits de l’homme. La Cour Suprême indienne a suspendu l’interdiction du Santhara par la Haute Cour du Rajasthan, un rituel jaïn de jeûne volontaire jusqu’à la mort. Cette décision avait fait suite à une demande d’un avocat des droits de l’homme, Nikhil Soni, accusant le Santhara d’être un « fléau social […] assimilé au suicide » – une pratique que l’article 306 du Code pénal indien cherche à réduire. En signe de protestation, des milliers de Jaïns avaient organisé des marches silencieuses à travers le pays (Rajasthan, Uttar Pradesh, Maharashtra, Assam).

Pakistan : Washington conditionne son aide financière au renforcement de la lutte anti-terroriste

The Nation – Susan Rice, secrétaire à la Sécurité nationale des Etats-Unis, est implacable. Si le Pakistan souhaite obtenir l’aide financière de Washington (300 milions de dollars), il devra lutter contre toutes les formes de terrorisme, « sans distinction ». Dans le cadre de son séjour à Islamabad, où elle a notamment rencontré le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, Susan Rice a exprimé l’inquiétude de son pays face au regain de violences en Afghanistan, souhaitant que le Pakistan ne laissent plus les Talibans implanter de base arrière sur son sol. Les soupçons américains se portent sur un potentiel soutien d’Islamabad au réseau Haqqani, groupe islamiste armé lié aux Talibans.

Afghanistan : les Talibans admettent avoir caché la mort du Mollah Omar pendant 2 ans

Hindustan Times avec AFP – Ils avaient continué à publier des documents sous son nom jusqu’en juillet, et pourtant : les Talibans ont déclaré ce lundi avoir dissimulé la mort du Mollah Omar pendant plus de deux ans. Ils expliquent leur choix par le contexte de l’époque : « 2013 était considérée comme la dernière année de test de puissance entre les moudjahidines et les envahisseurs étrangers (sic) qui […] avaient annoncé l’arrêt de leurs opérations militaires pour la fin 2014. »
L’objectif était donc de conserver l’unité des Talibans (seule une poignée d’entre eux était au courant du décès du Mollah Omar), au moins jusqu’au retrait des troupes de l’OTAN. Aujourd’hui, le mouvement est menacé de l’intérieur comme de l’extérieur : le mollah Mansour, successeur du mollah Omar, ne fait pas l’unanimité, et le pouvoir d’attraction de Daech entraîne des défections au sein des Taliban, analyse The Hindustan Times.

La rédaction d’Asialyst