Revue de Presse Asie - 6 août 2015

Rescapés d’Hiroshima, malbouffe chinoise et médicaments indiens

Copie d'écran Japan Times
Copie d'écran Japan Times

Asie du Nord-Est

Japon : 70 ans après Hiroshima, les rescapés réclament la paixMainichi – Alors que l’ensemble de la presse nipponne et internationale revient sur les 70 ans du largage de la première bombe nucléaire américaine sur la ville d’Hiroshima, les critiques fusent à l’encontre du Premier ministre Shinzo Abe. Selon le quotidien Mainichi, les représentants d’un groupe de survivants ont directement pris à partie le chef du gouvernement en lui demandant de retirer sa proposition de loi qui permettrait au pays d’intervenir militairement même s’il n’est pas directement attaqué. Selon ces rescapés, cette loi pourrait mener le Japon à nouveau vers le chemin de la guerre. Malgré un discours axé sur la non-prolifération nucléaire, Shinzo Abe a répondu qu’il estimait au contraire que cette disposition permettra d’éviter des conflits futurs.
Chine : campagne renforcée sur la sécurité alimentaire, les fastfood « étrangers » tremblentChina Daily – Lait contaminé, huile de cuisine recyclée, viande d’animaux malades sur les étales et aujourd’hui les liqueurs coupées au viagra, la liste sans fin des entorses à la sécurité alimentaire en Chine a de quoi inquiéter des consommateurs de plus en plus suspicieux. Pour tenter de rassurer la population, le parquet populaire suprême a promis de cibler plus fortement les officiels impliqués dans les scandales alimentaires, rapporte le China Daily. La porte-parole de l’institution chinoise a également fait le point sur la lutte contre les fraudes en annonçant l’arrestation de plus de 3 700 suspects de mai 2014 à avril 2015. Les chaînes de restauration étrangères comme Mc Donald’s ou KFC font également les frais de ce durcissement des contrôles. Plusieurs scandales impliquant des fournisseurs locaux, ont entraîné une chute de fréquentation des chaînes de restauration rapide selon Reuters.

Asie du Sud-Est

Thaïlande : 5 ans de prison pour crime de lèse-majesté pour un malade atteint de psychose aiguëPrachatai – On ne plaisante pas avec la monarchie en Thaïlande et les autorités thailandaises n’hésitent pas à recourir à la plus grande fermeté dès que l’image du roi est attaquée. Un tribunal militaire de la province de Chiang Rai vient ainsi d’infliger une peine de 5 ans d’emprisonnement à un malade mental reconnu coupable d’avoir détruit un portrait du souverain. Selon le Prachatai, Samak P. a avoué avoir saccagé la toile à l’entrée de son village, tout en affirmant qu’il n’était pas maître de lui-même au moment des faits. Bien que reconnu souffrant de psychose aiguë depuis plusieurs années, le tribunal a néanmoins choisi de suivre les réquisitions du procureur. De son coté, Samak P. a expliqué qu’il entendait des « voix dans sa tête » en permanence et souffrait d’hallucinations récurrentes.
Indonésie : Un projet de loi anti-diffamation présidentielle fait des remousThe Jakarta Globe – Présenté comme une proposition d’amendement au code pénal datant de la présidence précédente, le texte condamnant la diffamation du Chef de l’Etat n’a pas été retiré depuis l’arrivée du Président Joko Widodo. Ce dernier promet que l’interdiction sera restreinte aux insultes personnelles. Une précision qui est visiblement loin de rassurer l’opinion. Selon le Jakarta Globe, de nombreux représentants d’ONG et des militants pour la démocratie s’inquiètent du flou entourant la notion “d’insulte” et des risques que la loi pourrait poser à liberté d’expression. Cette proposition rappelle également les heures sombres des trente deux années de pouvoir de l’ancien Président Suharto qui s’était appuyé sur des règlements similaires pour étouffer toutes critiques.
Vietnam : Les poulets américains accusés de dumpingVietnamnet – La contestation monte au Vietnam contre les importations à bas prix de poulets américain et plus précisément contre les cuisses de poulets congelées. Confrontés à une forte augmentation des prix de la volaille dans le pays, les éleveurs locaux accusent les USA de dumping et menacent de déposer plainte. Face aux tensions, le Consulat des Etats-Unis à Ho Chi Minh a déjà expliqué que le poulet américain était vendu plus cher au Vietnam que sur son marché d’origine et ne pouvait donc pas être considéré comme soumis à une politique de dumping devant l’OMC. De son coté le bureau de contrôle de la concurrence vietnamien a précisé ne pas avoir reçu de plainte formelle, mais que la démarche était tout à fait envisageable. Grands consommateurs de poulet, les Vietnamiens importent l’équivalent de 40 % de la production locale, dont 70 % viennent des Etats-Unis.

Asie du Sud

Inde : Négociations avec l’UE après l’interdiction des produits pharmaceutiques sur le marché européenFirstpost.com – La lutte pour le contrôle du juteux marché pharmaceutique mondial entraîne des crispations entre l’Union Européenne et l’Inde alors que les deux puissances économiques devaient reprendre les négociations autour d’un accord de libéralisation commerciale (BTIA) à la fin du mois. La décision des responsables occidentaux d’interdire pas moins de 700 produits dits génériques de la firme indienne GVK Biosciences à la fin du mois de juillet dernier a été très mal perçue par New Delhi. Selon Pharmexcil, le Conseil Indien pour la promotion des exportations pharmaceutiques cité par Firstpost.com, les pertes liées à cette décision de l’UE pourrait coûter 1,2 milliards de USD pour le secteur dans son ensemble. Le Ministère du Commerce indien a réagit dans un communiqué en expliquant que la décision européenne était d’autant plus incompréhensible que « les médicaments incriminés sont présents sur le marché européen depuis des années sans qu’aucune contre-indication n’ait été avancée ! ». En réponse le gouvernement indien a décidé de suspendre les négociations sur le BTIA ouvertes en 2007 et qui peinent grandement depuis à se concrétiser.
Pakistan-Turkménistan : Discussions ouvertes sur le gazoduc géantThe Express Tribune Il y a de l’eau dans le T.A.P.I. (Turkménistan, Afghanistan, Pakistan, Inde) ! A peine sorti de l’ombre, le projet de Gazoduc géant reliant ce quatre pays attise déjà les convoitises. Alors que le français Total a signé un mémorandum d’accord sur l’extraction du gaz, les discussions avec la Russie et la Chine sont toujours en cours avec Ashgabat. Il s’agit notamment pour le Pakistan de discuter des modalité de construction et de gestion de l’immense pipeline de 1 800 km. The Express Tribune explique ainsi qu’une équipe de négociateurs pakistanais est partie pour le Turkménistan ce jeudi afin de mettre au point les détails sur la conception et le financement du projet. Une fois le projet terminé, le Pakistan bénéficiera du même volume journalier de gaz que l’Inde (4 millions de m3) tandis que l’Afghanistan devra se contenter de quasi trois fois moins. Islamabad doit pour cela attirer les investisseurs afin de soutenir la construction de ce projet.

La rédaction d’Asialyst