Revue de presse Asie – 15 juillet 2015

Visite vietnamienne historique, districts taïwanais en faillite et junte thaïlandaise critiquée

Copie d’écran du South China Morning Post titrant sur la mort de Wan Li
Copie d’écran du South China Morning Post titrant sur la mort de Wan Li

Asie du Sud-Est

Vietnam : Une visite historique – Asia Sentinel – L’euphorie gagne le Vietnam quelques jours après la visite de Nguyen Phu Trong, secrétaire général du Parti communiste à Washington. C’est une première, souligne le site d’information Asia sentinel. Le numéro un du parti communiste vietnamien a ainsi été reçu dans le bureau ovale de la Maison blanche par le président Barak Obama ; et les médias officiels et autres sites internet saluent ce tournant dans les relations entre les deux pays qui « n’est pas seulement le signe que les Etats-Unis reconnaissent le régime autoritaire communiste du Vietnam comme un partenaire légitime. Car, ce que les médias supervisés par le parti n’ont pas souligné, c’est le pouvoir symbolique des images de Trong et d’autres représentants de ce qui était appelé jusqu’aujourd’hui la faction « pro chinoise » du régime ». Un signe de plus poursuit Asia sentinel que cette faction accepte que Washington et Hanoi soient « des alliés stratégiques contre les aspirations chinoises de contrôler la mer de chine entre Hainan jusqu’à proximité de Singapour. »

Thaïlande : une accumulation de bévues ?Bangkok Post – La junte thaïlandaise et le gouvernement qu’elle a mis en place accumulent les bévues, considère l’entrepreneur Songkran Grachangnetara dans un article du Bangkok Post. Déportation de migrants ouighours en Chine, arrestation puis libération sous pression de 14 étudiants contestataires, incompétence de la police dans l’enquête sur le meurtre de deux touristes anglais… Le général Prayuth Chan-ocha et ses camarades sont de plus en plus l’objet des critiques tant à l’intérieur du pays que sur le plan international. Même les plus ardents défenseurs du putsch de 2014 se font désormais discrets, constate l’homme d’affaires.

Indonésie : vers la fin prochaine du Ramadan Jakarta Post. Julia Suryakusuma, la commentatrice iconoclaste du Jakarta Post signe un billet enlevé pour célébrer la fin prochaine du ramadan qui se clôture dans deux jours. L’occasion pour elle de revenir – avec ironie – sur ce que signifie ce mois de jeûne. « Les choses sont toujours chaotiques à ce moment-là de l’année. Les embouteillages sont les pires à cause de la fièvre d’achat qui précède l’Aïd al-Fitr. En résumé, on se concentre sur des choses qui n’ont plus rien à voir avec le but fondamental du Ramadan de purification spirituelle. »

Car durant le mois saint, le pratiquant doit faire montre d’un comportement exemplaire vis-à-vis de son entourage et de la société. Il y a une tendance à donner « une version romantique » du Ramadan qui serait un moment où les pratiquants seraient attentifs, généreux, tolérants. Mais Julia Suryakusuma rappelle que la réalité est parfois bien éloignée de cette image idyllique. Elle cite notamment une étude menée en Algérie qui indiquerait un accroissement des délits durant le Ramadan. De plus, bien que le jeûne soit reconnu médicalement comme ayant des effets de purification sur l’organisme, il n’est pas sans risque. Sans compter, dit-elle, les effets secondaires en terme d’irritabilité. Ainsi, selon elle, « ce n’est pas surprenant que les comportements anti-social et les violences conjugales » augmentent dans le monde musulman durant ce mois saint. Et l’éditorialiste de conclure : « ne pensez vous pas que la pratique de la tolérance, de la compassion, de la solidarité et de la gratitude, devrait être toute l’année ? »

Asie du Nord-Est

Taiwan : des districts étranglés financièrement – United Daily News – Le quotidien taïwanais révèle la situation financière très précaire de sept districts de Taïwan. Leur dette dépasserait les 50 milliards de dollars taïwanais, plus d’un milliard d’euro. Et le China Post
de prendre pour exemple le district de Miaoli dans le sud. Ce district est administré par le parti nationaliste, le Kuomintang, depuis 2006 et il ne peut plus payer les salaires des fonctionnaires. Celui de Yulin (sur la côte est) a annoncé un prochain défaut de paiement. L’Etat et le gouvernement disent qu’ils apporteront leur aide à l’administration de Miaoli sans verser de fonds public, mais ils affirment que le district dispose de fonds nécessaire pour payer ses fonctionnaires. Le China Post souligne que les dettes du district de Miaoli n’étaient pas le seul fait de Liu Cheng-hung, l’ancien responsable de la région. Le vice président Wu Den-yih est venu à son secours indiquant que l’endettement s’était accumulé depuis avant sa prise de fonction. « Si le pays n’est pas endetté vis à vis de l’extérieur, il y a un problème de dette intérieure, a souligné le vice président » indiquant qu’il serait nécessaire de faire des réformes.

Chine : mort de Wan Li – South China Morning Post – Le quotidien anglophone de Hong Kong titre sur la mort à 93 ans de l’ancien vice-Premier ministre et président de l’Assemblée nationale populaire chinoise. Brièvement, le journal retrace sa vie et rappelle à demi mot le rôle controversé qu’il a joué durant le mouvement de Tiananmen en 1989 où il fût tour à tour proche des étudiants (et de Zhao Ziyang) avant de se rallier à la faction « dure » du régime qui écrasa les manifestants.

Asie du sud

Afghanistan : pour une réponse régionale à l’avancée de Daech – Dawn – Le drapeau noir de l’Etat islamique remplace celui des Talibans dans des zones de plus en plus étendues, s’inquiète l’éditorialiste pakistanais Zahid Hussain sur le site du quotidien pakistanais Dawn. « Pendant longtemps la présence des militants de l’Etat islamique était minimisée », écrit-il. Daech était vu comme un « phénomène purement moyen oriental incapable de gagner du terrain en dehors de cette région ». Mais ce n’est plus possible d’ignorer le phénomène poursuit Hussain. En effet, l’Etat islamique contrôlerait déjà un quart de la province de Nangarhar et serait actif dans les provinces de Helmand et Ghazn. « Il est quasi certain que la majorité des combattants de l’Etat islamique viennent des rangs des talibans afghans ou pakistanais, attirés par un califat qui contrôle une partie du territoire irakien et syrien ». La guerre civile afghane « devient plus brutale et complexe alors que les Talibans tentent de conserver l’unité de leur mouvement ». Zahid Hussain de conclure en plaidant pour une réponse régionale, car les pays d’Asie centrale et la Russie ne peuvent qu’être inquiets de la progression du mouvement.

Asie centrale

Tajikistan : départs vers la Syrie et l’Irak – Radio Free Europe – 45 étrangers ont été arrêtés en Turquie alors qu’ils tentaient d’entrer en Syrie pour rejoindre les rangs de l’Etat islamique, indique Radio Free Europe qui relaye une information publiée dans les médias turcs. La majorité des personnes arrêtées serait des ressortissants tajiks. Selon Dushambe, 300 tajiks seraient déjà présents dans les zones contrôlées par l’Etat islamique en Irak et en Syrie.

La rédaction d’Asialyst