Revue de presse Asie - 10 juillet 2015

Investisseurs chinois rassurés, rencontre indo-pakistanaise et étudiants thaïlandais

Capture d’éran du South China Morning Post.
Capture d’éran du South China Morning Post.

Asie du Nord-Est

Chine : investisseurs boursiers rassurés et censure des médiasSouth China Morning Post – La clôture à la hausse des cours de la bourse de Shanghai (+ 5,76 %), de Shenzhen (+ 4,25 %) et de Hong Kong (+ 3,73 % pour Hong Kong’s Hang Sheng Index, + 3,05 % pour le H-share Index), a fait « pousser » aux investisseurs un « soupir de soulagement », indique le South China Morning Post. Rassurés, ces derniers ressentiraient enfin les effets des mesures prises par les autorités chinoises depuis plusieurs jours afin de stabiliser les cours du marché. Selon le chef adjoint du Bureau de la Sécurité publique, la dernière mesure en date consiste à sévir contre les « ventes à découvert malveillantes ». Il s’agit de spéculations sur la baisse : le vendeur signe une promesse de vente sur des titres qu’il ne possède pas et qu’il n’achètera qu’au moment de leur livraison effective. Il parie ainsi sur la baisse de la valeur de ces titres pour réaliser une plus-value.

Cependant, selon le Wall Street Journal , l’avenir reste incertain. Le journal met l’accent sur le doute des investisseurs sur la pérennité de ce renouveau. Ils craignent notamment une propagation de la crise au secteur bancaire. Pas sûr, donc, que ce rebond permette de récupérer les milliers de milliards partis en fumée ces quatre dernières semaines…

Incertitude ou pas, le gouvernement de Pékin ne veut plus entendre les Cassandre dans les médias chinois. Le China Digital Times s’est procuré la directive de censure diffusée par Pékin : interdiction de « se joindre au concert des tenants du marché haussier ou baissier » afin d’éviter les articles qui « provoquent la hausse vertigineuse ou le krach du marché boursier » ; interdiction de conduire des « analyses de fond », des « interviews d’experts » ou des « suivis en direct » ; interdiction d’opérer des projections sur l’évolution des cours du marché ; ou plus simple encore : obligation de s’en tenir aux informations diffusées par la Commission de Régulation des marchés financiers.

Le Japon intéressé à rejoindre le consortium de missiles de l’OTAN Channel News Asia avec Reuters – Le Japon envisage d’intégrer le consortium de missiles de l’OTAN, qui s’occupe de superviser la construction de missiles embarqués « Sea Sparrow » (antibalistiques et anti-aériens) ainsi que d’en répartir les coûts entre pays participants (12 actuellement). D’après l’analyse de Channel News Asia avec Reuters, cette volonté s’inscrit dans la ligne politique de Shinzo Abe, qui a levé l’année dernière l’interdiction d’exportation d’armes qui frappait son pays depuis des décennies.

Le Premier ministre japonais souhaite ainsi mettre à profit le savoir-faire de son industrie militaire, longtemps cantonnée à l’unique construction d’armes pour les forces d’auto-défense nationale, en tirant parti du contexte de montée en puissance militaire de la Chine dont l’irrédentisme inquiète notamment certains pays d’Asie du Sud-Est. Les Etats-Unis, favorables à cette dynamique, voient quant à eux dans le Japon le potentiel leader de partenariats régionaux d’industrie militaire pouvant peser en faveur de Washington face à l’ascension de Pékin. Néanmoins, certains observateurs nippons craignent que l’intégration de leur pays au consortium de l’OTAN ne risque de fragiliser son indépendance en termes d’industrie militaire, et d’évincer certaines entreprises nationales du processus de production au profit de firmes étrangères.

Corée du Sud : Park appelle la Corée du Nord à revenir au dialogueKorea Herald – La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a appelé la Corée du Nord, ce vendredi 10 juillet, à ne pas tenter d’éviter ou de s’opposer aux changements à l’oeuvre sur la scène internationale, faisant référence aux récents rapprochements de l’Occident avec Cuba et l’Iran, deux pays proches de Pyongyang. Selon Park, ces changements doivent également passer par « la fin de l’histoire d’une Corée divisée », incitant la Corée du Nord à revenir à la table des négociations afin d’établir les modalités du dialogue et de la coopération entre les deux Etats. Le Korea Herald rappelle que les derniers pourparlers de haut niveau entre Séoul et Pyongyang datent de février 2014.

Asie du Sud

Pakistan : Pour parler de l’Etat Islamique, le Pakistan utilisera désormais le terme DaeshDawn – Pour désigner le groupe Etat islamique, le ministère pakistanais des Affaires étrangères n’emploiera désormais plus que le terme « Daesh », acronyme arabe du nom initial du groupe terroriste, « Al Dawla al Islamyia fil Iraq wal Sham » (Etat islamique en Irak et au Levant). « Je préfère nommer ce groupe Daesh puisqu’il n’a rien d’islamique », précise le porte-parole du ministère. Un raisonnement qui rejoint celui d’autres pays musulmans du Moyen-Orient, lesquels avaient demandé aux Occidentaux d’abandonner le terme « Etat Islamique » pour délégitimer l’entreprise nationale-religieuse de Daesh. Le groupe déteste en effet être désigné par son acronyme arabe, rappelle Dawn. Bien que les autorités pakistanaises aient toujours nié la présence de Daesh sur leur sol, quelques groupes extrêmistes du pays y ont déjà fait allégeance.

Bangladesh : Au moins 23 morts dans une bousculade lors d’une distribution de vêtementsHindustan Times – D’après un bilan provisoire, 23 morts et 50 blessés sont à déplorer suite à la bousculade à l’occasion d’une distribution de vêtements dans l’usine bangladaise de Mymensingh, à 120 kilomètres au nord de la capitale Dacca. L’incident s’est déclaré lors de l’ouverture des portes de l’usine dont la foule de 1500 personnes a tenté de forcer l’entrée, causant la chute de plusieurs individus. Il ne s’agit pas du premier drame de ce genre au Bangladesh, rappelle le Hindustan Times. En 2002 déjà, pas moins de 40 personnes avaient trouvé la mort lors d’une distribution de vêtements dans la ville de Tangail.

Inde-Pakistan : Modi rencontre Sharif, peu d’avancées Times of India – Le quotidien indien Times of India détaille les conclusions du meeting entre les Premiers ministres Narendra Modi et Nawaz Sharif, la première rencontre de deux leaders indiens et pakistanais depuis mai 2014, tenue en marge du sommet de l’OCS (Organisation de Coopération de Shanghai) dans la ville russe d’Ufa. Islamabad et New Dehli ont ainsi convenu de la libération sous 15 jours de pêcheurs incarcérés de part et d’autre de leur frontière. Mais mis à part cette décision, l’ensemble des avancées conclues au cours de leur rencontre relèvent uniquement du discours. Les deux Etats se sont accordés pour condamner le terrorisme et pour permettre au procès des attentats de Bombay (2008) de se dérouler dans les meilleures conditions possibles. En revanche, aucune promesse de la part de Nawaz Sharif à propos de Zakiur Rehman Lakhvi, le cerveau présumé de ces attentats, libéré en avril dernier par Islamabad, à la grande colère de New Delhi. Une requête de sanction demandée par l’Inde à l’ONU avait été bloquée par la Chine au mois de juin.

Asie du Sud-Est

Thaïlande : les 14 étudiants libérés défient la junteThe Nation – Libérés le week-end dernier mais toujours en procès pour avoir organisé une manifestation contre la junte, 14 étudiants thaïlandais contestataires restent très remontés contre le régime militaire. Selon The Nation, ils défient la junte de prouver ses accusations selon lesquelles une « organisation étrangère » serait derrière leur campagne militante. Beaucoup d’analystes pensent que le procès des étudiants va galvaniser l’opposition aux généraux.

Indonésie : 5 aéroports fermés à cause de l’éruption du Mont RaungJakarta Globe – L’éruption du volcan javanais Raung a forcé la fermeture ce vendredi de cinq aéroports indonésiens, dont deux ont été rouverts dans la journée (aéroports internationaux de Lombok et de Sepinggan). Les aéroports de Jember (Notohadinegoro), de Banyuwangi (Blimbingsari) et de Bali (Ngurah Rai, deuxième hub le plus important du pays) restent fermés pour l’instant.

Philippines : le boxeur Many Pacquiao demande la clémence pour sa compatriote condamnée à mort en Indonésie Philippines Star – Dans le cadre d’un voyage en Indonésie, le boxeur philippin Many Pacquio a rendu visite à sa compatriote Mary Jane Veloso, condamnée à mort pour trafic de drogue. Le journal Philippines Star indique que ce déplacement intervient dans la foulée de la déclaration de l’organisation philippine Migrante International, selon laquelle le gouvernement indonésien serait prêt à publier la liste des prochaines exécutions dans laquelle pourrait figurer Mary Jane Veloso. En avril, déjà, Many Pacquiao avait demandé au président indonésien Joko Widodo d’accorder à sa compatriote la grâce présidentielle.

La rédaction d’Asialyst