Revue de presse Asie - 23 juin 2015

Touristes médicaux en Thaïlande, Dialogue sino-américain et colère nord-coréenne

Capture Ecran du site de Channel News Asia.
Capture Ecran du site de Channel News Asia.

MERS en Thaïlande : le premier patient se remet bien, les touristes médicaux priés de faire un test avant de venir

Channel News Asia – Le premier patient diagnostiqué à Bangkok avec le virus du MERS (symptôme respiratoire du Moyen-Orient) se remet bien : selon le ministre de la Santé publique Rajata Rajatanavin, il sera définitivement hors de danger si son test du MERS est négatif dans les quatre prochains jours. Il s’agit d’un homme de 75 ans, ressortissant du Sultanat d’Oman, qui était venu se faire hospitaliser à Bangkok pour des problèmes cardiaques. C’est alors qu’il avait été identifié comme porteur du coronavirus. Trois des parents de l’homme ont été mis en quarantaine.

D’où l’avertissement des autorités thaïlandaises, rapporté par le Straits Times : désormais les « touristes médicaux » des pays affectés par le MERS et désireux de voyager en Thaïlande pour une hospitalisation à travers des agences spéciales, devront faire un test du MERS une semaine avant leur entrée sur le territoire thaï. « Ces mesures font parties de nos efforts pour contrôler la propagation du MERS », a précisé ce lundi le Dr Supamit Chunsuttiwat du Département du Contrôle des maladies. Chaque année, la Thaïlande reçoit plus d’un million de visiteurs étrangers pour des raisons médicales.

La Chine avertit le Japon et les Philippines, « dialogue » avec les Etats-Unis

Global Times – Manille et Tokyo devraient « préserver la paix et la stabilité régionales au lieu d’aggraver les tensions », a déclaré Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Le Japon et les Philippines mènent en ce moment des exercices navals qui excèdent Pékin. « Ce dont l’écrasante majorité des Asiatiques se préoccuppent en premier, c’est le développement » et non le conflit militaire, a poursuivi le porte-parole.

Par ailleurs, le secrétaire d’Etat américain John Kerry recevait ce mardi à Washington le vice-Premier ministre chinois Wang Yang à l’occasion du Dialogue stratégique et économique entre la Chine et les Etats-Unis. Les tensions en Mer de Chine du Sud étaient bien entendu au programme des discussions. Mais Pékin n’apprécie toujours pas l’implication américaine dans ce dossier. « La Mer de Chine du Sud n’est pas et ne devrait pas être un problème entre la Chine et les Etats-Unis », a commenté Lu Kang du ministère chinois des Affaires étrangères, cité par l’agence Xinhua reprise par le Global Times. Une déclaration en réaction aux propos de Daniel Russel. L’assistant-secrétaire d’Etat pour les affaires d’Asie-Pacifique avait soutenu que les Etats-Unis cherchaient avec une « détermination inébranlable » à éviter toute confrontation militaire avec les pays voisins de la Mer de Chine du Sud, dont les Chinois.

Singapour : L’ONU appelle à la libération immédiate d’Amos Yee

The Straits Times – Le jeune blogueur Amos Yee passe à nouveau ce mardi devant le juge à Singapour. Il est détenu depuis le 2 juin à la prison de Changi pour avoir posté sur Internet une vidéo jugée « obscène et pouvant choquer les chrétiens ». Dans sa vidéo, Amos Yee insultait notamment feu Lee Kuan Yew, ancien Premier ministre et père fondateur de Singapour. Le bureau Asie du Sud-Est des Nations Unies a appelé, depuis Bangkok, à la libération immédiate de l’adolescent de 16 ans. Le gouvernement singapourien doit, selon l’agence, exhorter les procureurs à lever leur demande de condamner Amos Yee à une période de 18 à 30 mois au Centre de formation et de réforme (Reformative Training Centre – RTC). Cette sentence alourdirait le casier judiciaire du jeune homme. Le quotidien singapourien précise que la liberté conditionnelle a d’abord été proposée à Yee mais qu’il a refusé de se présenter à son officier de liaison, et qu’il a de nouveau posté sa vidéo. L’agence de l’ONU dit respecter le souci de morale publique et d’harmonie sociale à Singapour, mais signale que l’internement en Centre de réformation et de formation est réservé aux mineurs ayant commis des crimes graves. Les Nations Unies en appellent donc à « accorder une attention toute particulière au statut juvénil » d’Amos Yee.

Attentats de Bombay : La Chine empêche l’Inde de demander des comptes au Pakistan à l’ONU

Times of India – La Chine a bloqué ce mardi aux Nations Unies le vote d’une résolution contre le Pakistan à l’initiative de l’Inde. Au Comité des sanctions de l’ONU, New Delhi demandait à ce qu’Islamabad rende des comptes suite à la libération de Zakiur Rehman Lakhvi, le cerveau présumé des attaques terroristes meurtrières de Bombay, qui avaient fait 166 morts fin novembre 2008. Cette libération sous caution était intervenue le 10 avril dernier. Les Chinois se sont opposés à la requête des Indiens, arguant d’un « manque d’informations suffisantes » pour motiver cette demande.

Pour rappel, du 26 au 28 novembre 2008, dix hommes armés arrivés par bateau avaient fait régner la terreur, ouvrant le feu et lançant des grenades dans des lieux très fréquentés de Bombay. Ces attaques avaient précédé une prise d’otages de plusieurs centaines de personnes dans les deux hôtels. Selon le gouvernement de New Delhi, les attentats ont été commis par le groupe islamiste Lashkar-e-Taiba, basé au Pakistan et dont Lakhvi était alors le chef militaire.

Inde : Softbank et Foxconn investissent 20 milliards de dollars dans les énergies vertes

Economic Times – Le géant japonais des télécommunications et de l’Internet s’allie avec le Taiwanais Foxconn (sous-traitant d’Apple en Chine, notamment) pour former avec l’Indien Bharti Enterprises une co-entreprise. Cette nouvelle JV appelée SBG Clean investira 20 milliards de dollars sur dix ans dans les projets d’énergies renouvelables. Softbank en détiendra la majorité du capital. SBG Cleantech répondra à des appels d’offre sur des projets d’énergies solaire et éolienne dans différents Etats de la fédération indienne.

Corée du Nord : deux Sud-Coréens condamnés à perpétuité, l’ONU ouvre un bureau à Séoul

Korea Herald – Pas vraiment de coïncidence : alors que les Nations Unies ouvraient à Séoul un bureau pour surveiller la répression nord-coréenne en matière de droits de l’homme, Pyongyang a condamné deux ressortissants Sud-Coréens, Kim Kuk-gi et Choi Chun-gil, à la prison à vie. Selon l’agence officielle KCNA, le verdict de la Cour Suprême de Corée du Nord intervient après leur arrestation pour espionnage contre le régime de Pyongyang « sous la direction des Etats-Unis et de la Corée du Sud ». « Le Nord a pris cette mesure illégitime sans donner la moindre explication à notre gouvernement ni aux familles [des condamnés] », a déclaré en réponse le ministère sud-coréen de l’Unification.

Selon Yonhap, Pyongyang, en colère, a menacé de prendre « les contre-mesures les plus durs » en réaction à l’ouverture du bureau séoulite de l’ONU. Pour le Nord, il ne s’agit que d’une « agence fantôme » destinée à soutenir la politique de confrontation contre Pyongyang menée par les Américains « sous le prétexte de protéger les droits de l’homme ».

Tom Dundee, chanteur thaïlandais arrêté après le Coup d’Etat

Prachatai (en anglais) – Portrait passionnant sur le site Prachatai de Tom Dundee, ce chanteur « puea Chivit » ou « pour la vie », éduqué en France et arrêté après le coup d’Etat de l’an dernier en Thaïlande. Dans un pays qui compte, parmi ses artistes, beaucoup de conformistes et peu de rebelles, Tom Dundee, qui s’était engagé aux côtés des Chemises rouges – opposants à l’ establishment conservateur -, fait figure de chantre de la contestation. En prison depuis onze mois, il est accusé de n’avoir pas répondu à la « convocation » de la junte militaire et d’avoir prononcé des discours critiques envers la famille royale thaïlandaise.

La rédaction d’Asialyst