Revue de Presse Asie - 16 juin 2015

Riziculteurs thaïlandais, médecins pakistanais et néo ruraux chinois

Capture écran du New Straits Times.
Capture écran du New Straits Times.

Népal : l’Everest a bougé de 3 centimètres

New Straits Times – Le toit du monde s’est déplacé de trois centimètres au Sud-Ouest, mais sa hauteur reste inchangée. Voilà ce qu’affirment les autorités chinoises dans un rapport cité par l’AFP et repris par la plupart de vos journaux en Asie ce mardi. Plus de 8700 personnes sont mortes dans le séisme du 25 avril dernier qui a frappé le Népal et la chaîne de l’Himalaya. Pour Roger Bilham, professeur de géologie à l’Université du Colorado, ces conclusions chinoises sont avérées, mais il ne faut pas se focaliser sur l’Everest. Le Népal repose sur une faille majeure entre deux plaques tectoniques, le séisme et ses répliques ont donc fait trembler toute la région et déplacé de nombreux sites. Sachant qu’en dehors même des tremblements de terre, la hauteur de la plus haute montagne du monde reste sujette à caution. Officiellement, selon une étude indienne datant de 1954, l’Everest mesure 8 848 mètres d’altitude. Les scientifiques chinois considèrent pour leur part que le sommet se situe quatre mètres en-dessous. Une équipe de géologues américains en 1999, GPS à l’appui, affirmait de son côté avoir atteint 8 850 mètres. Bon, et si le sujet vous passionne allez donc faire un tour sur China Voices avec ce titre : « L’Himalaya est-elle la plus haute chaîne de montagnes pour Taiwan ? »

Thaïlande : gronde des riziculteurs

Thai PBS – L’information remonte à ce week-end, elle nous avait échappée. Le chef de la junte, le général Prayuth Chan-ocha, aime à proclamer qu’il détient un « pouvoir absolu », mais il n’a apparemment pas encore celui de faire pleuvoir. Selon le site de la chaîne de télévision publique, les riziculteurs du centre de la Thaïlande sont durement affectés par la sécheresse et par les contraintes imposées par la junte. Celle-ci leur a déjà interdit la récolte pendant l’intersaison (en début d’année). Elle leur demande maintenant de repousser d’un mois la plantation des pousses de riz pour la récolte saisonnière et de retarder cette dernière à juillet. Le mécontentement gronde parmi les paysans, lesquels en ont assez d’être sacrifiés pour que les Bangkokois puissent bénéficier d’un approvisionnement continu en eau.

Pékin : Les enfants de migrants mis à la porte des écoles

Caixin – Les nouvelles politiques de contrôle de la population à Pékin poussent les enfants de migrants hors des écoles de la capitale chinoise. La multiplication des documents demandés pour les inscriptions scolaires rendent difficile le maintien des filles et fils de migrants dans les classes racontent Caixin et le Financial Times. Selon les dernières statistiques de la municipalité, fin 2013, Pékin avait une population de 21 millions d’habitants, dont près de 8 millions de migrants sans permis de résidence ou Hukou. Un drame pour ses enfants dont les familles se sont installées à la capitale parfois depuis plusieurs décennies. Les parents occupent des emplois de vendeurs ambulants, d’ouvriers sur les chantiers et parfois même de cadres supérieurs dans les grandes entreprises d’Etat. Et aujourd’hui leurs enfants doivent retourner dans leur province natale chez les grands-parents, afin de poursuivre leur scolarité.

Pakistan : La peur des médecins de Karachi

Dawn – Terrible récit que celui du docteur Raza sur le site de Dawn ce mardi. Le médecin attendait son prochain patient, lorsque deux jeunes hommes sont entrés dans son cabinet. Ils ont sorti des armes à feux d’un sac et ont tiré sur lui à six reprises. Laissé pour mort, le docteur a été grièvement blessé mais il a survécu. « J’ai eu le réflexe de me protéger le visage, les balles ont touché mes bras et mes mains. L’une des balles a été déviée par une pierre sur une bague à mon doigt », raconte Raza qui a changé son nom pour protéger son identité. Les médecins sont considérés comme une « clientèle » aisée par les criminels. Ainsi, 26 médecins ont été tués au Pakistan l’année dernière, selon la police, soit trois fois plus qu’en 2010. La plupart des victimes exerçaient à Karachi, une mégalopole commerçante de 20 millions d’habitants.

Inde : 27 000 tonnes de nouilles instantanées à la benne

Hindustan Times – Les grandes manœuvres à Nestlé ont commencé en Inde. Et les chiffres sont ici à l’échelle de ce pays continent : plus de 27 000 tonnes de nouilles instantanées à détruire, 3,5 millions de points de ventes concernés et 10 000 camions pour les amener à l’incinérateur. Le 5 juin dernier, l’agence indienne de sécurité des aliments a ordonné à la firme suisse de cesser la production et la vente de nouilles instantanées dans le pays après la découverte de plomb et de glutamate dans les produits Maggi. Tous les employés indiens de Nestlé ont été mobilisés pour le rappel des fameuses nouilles prêtes « en deux minutes ». En dehors de sa propre force de vente, 12 000 personnes associées au réseau de distribution de la marque suisse sont mobilisés. 27 420 tonnes de nouilles, cela fait encore quatre millions de cartons contenant 96 sachets de 70 grammes. Et on ne détruit pas des nouilles instantanées aussi facilement. Nestlé va utiliser cinq à six de ses cimenteries pour le faire : les nouilles sont écrasées et mélangées à du carburant, puis brûlées dans un incinérateur. A raison de 700 tonnes détruites par jour, il faut compter au moins 40 jours.

10 % de la population vietnamienne atteinte de troubles mentaux ?

Dan Viêt – Le chiffre parait très élevé, c’est en tout cas celui que nous fournit le quotidien généraliste « Le peuple vietnamien », qui publie également sur Internet une lettre électronique des agriculteurs au Vietnam intitulée : « Nông Thôn Ngây Nay », en français « la campagne d’Aujourd’hui ». Selon une étude du département de la protection sociale du ministère du Travail, un Vietnamien sur dix souffre de maladies psychiques, et ce chiffre devrait encore augmenter en 2020. « Dès qu’on parle de maladies mentales, les gens pensent aux fous furieux qui crient ou qui parlent tout seul, ou encore aux doux dingues qui sourient sans raison en mettant des fleurs sur leur tête. C’est une erreur de penser comme ça ! », a déclaré le Dr. La Duc Cuong, directeur de l’hôpital psychiatrique central de Hanoi. Le médecin conteste le chiffre de 10%, au moins 20 % des patients de son hôpital souffrent de troubles allant de difficultés à s’endormir jusqu’aux pathologies lourdes. « La société vietnamienne traverse une période de grand changement, de chamboulement des valeurs traditionnelles, de l’idéologie, de l’économie… Les gens ne savent pas trop où aller, comment faire ? », interroge encore Vuong Van Tinh.

Chine : le retour des néo-ruraux

The New York Times – La Chine a connu les hipsters barbus et branchés des mégalopoles, avant les hippies des campagnes. C’est pourtant à ces derniers que notre confrère Adam Wu du New York Times consacre un nouveau reportage passionnant. Ils vivent dans des cabanes en bambou ou dans de modestes habitations de verdure perchées sur les montagnes. Adam nous raconte notamment l’histoire d’un jeune couple qui vit de manière autosuffisante depuis cinq ans. Leurs vêtements sont fait maison, le sel, le vinaigre et tous ce qui fait la table au quotidien vient du jardin et des alentours. L’expérience est inspirée du Britannique John Seymour et de son best-seller, Revivre à la campagne. Tang Guanghua, 26 ans, dont la famille dirige une entreprise de design, et Xing Zhen, 31 ans, ancien directeur de valeurs immobilières, ont décidé de laisser tomber la pollution et les responsabilités qu’ils connaissaient en ville, pour vivre en pleine nature.

Singapour accueille les vols « Hello Kitty »

Channel News Asia – Une bonne nouvelle pour les fans des personnages Sanrio : les carlingues roses des avions « Hello Kitty » relieront bientôt trois fois par semaines Singapour à Taipei. Voilà qui devrait renforcer la flotte de six appareils de la marque : L’avion Sanrio main dans la main, l’avion magique, l’avion des pommes, l’avion vol autour du monde, l’avion musique heureuse, ou encore l’avion nuages de coton. Des appareils Hello Kitty reliaient déjà Taipei à Hong Kong, Paris, Shanghai, Guam, Seoul, Tokyo, Sapporo, Fukuoka. A partir du 19 juin, la petite chatte « minou » au ruban rouge sur les oreilles accompagnera les voyageurs jusqu’à Houston, et à partir du 21 juin jusqu’à ou depuis Singapour.

La rédaction d’Asialyst