Politique
L'Asie du Nord-est dans la presse

Japon : test antimissile avec les Américains et partie de golf Trump-Abe

Un buste géant du président Donald Trump tout en neige, s'apprêtant à mordre dans un stylo planté dans un ananas, au festival de la neige à Sapporo, le 6 février 2017. (Crédits : Lars Nicolaysen/dpa/via AFP)
Un buste géant du président Donald Trump tout en neige, s'apprêtant à mordre dans un stylo planté dans un ananas, au festival de la neige à Sapporo, le 6 février 2017. (Crédits : Lars Nicolaysen/dpa/via AFP)
Après la Corée du Sud, le Japon. Depuis la visite de James Mattis à Tokyo vendredi 3 février jusqu’aux garanties de Rex Tillerson ce mardi 7 février, Washington met tout en oeuvre pour apaiser l’inquiétude de l’allié nippon. Loin des menaces du candidat Trump sur la solidité de la protection américaine, le locataire de la Maison Blanche parle désormais sur un mode badin : il se réjouit par avance de rencontrer Shinzo Abe ce vendredi 10 février à Washington, car il est sûr de « s’amuser » au cours d’une bonne partie de golf.
Après les invectives de la campagne américaine, les serments de fidélité et la démonstration de force. Vendredi dernier, lors de la visite à Tokyo du Secrétaire américain à la Défense James Mattis, les deux alliés ont conduit un test conjoint d’interruption de missile : « Le missile standard 3 « Block IIA » a atteint avec succès sa cible dans l’espace », a déclaré ce mardi l’Agence américaine de défense antimissile. Ce test intervient alors que la tension continue de monter avec la Corée du Nord qui promet de procéder à de nouveau tests de missiles, indique le Straits Times. « Nous sommes profondément préoccupés par les capacités de la Corée du Nord, et nous travaillons constamment à améliorer nos capacités de défense, a déclaré le porte-parole de l’agace américaine, Chris Johnson en début de semaine. Il est logique pour les Etats-Unis et le Japon de partager une partie de ce fardeau. »

Même discours chez le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson. Lors de sa première conférence téléphonique avec son homologue nippon ce mardi 7 février, indique le Japan Times, l’ancien patron d’ExxonMobil a confirmé l’engagement de son pays à défendre les îles Senkaku, administrées par Tokyo et revendiquées par Pékin sous le nom de l’archipel des Diaoyu. En effet, selon l’article 5 du traité militaire nippo-américain, « les Etats-Unis et le Japon agiront ensemble si les territoires administrés par le Japon sont attaqués. » Voilà le Japon finalement rassuré : « Il est encourageant que les autorités américaines diplomatiques et de défense aient clairement déclaré une position uniforme », a indiqué le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida, cité par le Mainichi Shimbun.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe est lui attendu à Washington ce vendredi 10 février pour un sommet avec le président Donald Trump. Depuis le retrait des Etats-Unis du Partenariat Transpacifique (TPP), le milliardaire américain a suggéré un accord commercial bilatéral avec Tokyo, rappelle le Mainichi dans un autre article. Abe entend ainsi en proposer sa vision : ce traité ne sera qu’un « modèle miniature » pour un accord multilatéral. Objectif : stimuler les résultats des sociétés japonaises, accroître l’investissement et la création d’emplois aux Etats-Unis. Alors que Pékin prépare un traité de libre-échange régional en Asie-Pacifique, le Premier ministre nippon est clair : établir des règles commerciales avant la Chine répond aux intérêts nationaux des Etats-Unis et du Japon.

Mais il n’y pas que la diplomatie économique dans la vie. Quoi de mieux qu’une partie de golf pour créer des liens à l’issue d’un sommet ? C’est bien l’intention du président américain qui entend « s’amuser » avec son allié japonais, indique par ailleurs le Mainichi. Lors d’une interview radiophonique ce dimanche, le milliardaire a déclaré : « Vous apprendrez mieux à connaître quelqu’un sur un terrain de golf plutôt que lors d’un déjeuner. »

Par Joana Hiu
A propos de l'auteur