Revue de presse Maldives - 9 septembre 2016

Maldives : descente de police après la diffusion d'un reportage sur la corruption présumée du président Yameen

La répression envers les médias s'accentue aux Maldives après la diffusion d'un documentaire sur Al Jazeera qui accuse le gouvernement de corruption. Copie d'écran du The Hindu, le 9 septembre 2016.
La répression envers les médias s'accentue aux Maldives après la diffusion d'un documentaire sur Al Jazeera qui accuse le gouvernement de corruption. Copie d'écran du The Hindu, le 9 septembre 2016.
The Hindu – Le président des Maldives est-il corrompu ? C’est en tout cas la thèse mise en avant par le documentaire « Stealing paradise » (« Voler le paradis ») diffusé sur la chaîne de télévision Al Jazeera. Le président Yameen et son gouvernement y sont accusés d’avoir blanchi 1,5 milliards de dollars soit 1,3 milliards d’euros. Une accusation tout de suite niée par le gouvernement qui a accentué la répression contre les médias.

Peu après la diffusion de ce documentaire, résultat de cinq mois d’enquête, et de sa diffusion massive sur les réseaux sociaux ce vendredi 9 septembre, la police nationale a pénétré les bureaux du quotidien local The Maldives Independant, dans la capitale Malé ; un journal fidèle à l’ancien président d’opposition Mohamed Nasheed. Selon sa rédactrice en chef, Zaheena Rasheed, qui a quitté les Maldives pour des « raisons de sécurité », cette intervention a eu lieu dans le cadre d’une enquête pour complot visant à mettre à mal le gouvernement.

Cet épisode intervient alors que de plus en plus de voix s’élèvent contre une répression grandissante de l’Etat contre les médias. Début septembre, le gouvernement maldivien a fait passer une loi contre la diffamation perçue comme une façon de limiter la liberté d’expression.
Les Maldives vivent une période de vives tensions politiques depuis 2012, date à laquelle l’ancien Premier ministre Mohamed Nasheed a été chassé du pouvoir et obligé de chercher l’asile au Royaume-Uni.